1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : retour sur les trous de mémoire de Marine Le Pen
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : retour sur les trous de mémoire de Marine Le Pen

Marine Le Pen a changé d'avis en moins de 24h en excluant la tenue d'un référendum sur la peine de mort. Mais ce n'est pas la première fois qu'elle se contredit.

Marine Le Pen à Avignon, le 14 avril 2022.
Marine Le Pen à Avignon, le 14 avril 2022.
Crédit : AFP
Les trous de mémoire de Marine Le Pen
00:02:51
Cyprien Cini - édité par Marine Derquenne

Il y a deux jours, Marine Le Pen expliquait, assez sûre d'elle, que "personne n'annonce à l'avance qui est son premier ministre, ça n'est jamais arrivé donc ça n'arrivera pas plus aujourd'hui" lors de son interview à BFMTV. Lors l'entre-deux-tours de 2017, la candidate du RN avait pourtant déclaré : "Présidente de la République, je nommerai Nicolas Dupont-Aignan comme premier ministre".

Dans son programme, Marine Le Pen veut relancer le nucléaire, notamment avec la création de six EPR. D'ailleurs, elle expliquait déjà en 2017 qu'elle considérait que "le nucléaire doit être conservé, car c'est un atout. C'est une source d'énergie électrique parmi les moins polluantes et les plus sûres". En 2012, l'ancienne présidente du FN déclarait qu'elle estimait que "le nucléaire est effectivement une énergie dangereuse. Le jour où on pourra s'en passer, on pourra le faire".

La France Insoumise, accompagnée de ses punks à chien traditionnels.

Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national en 2018.

En ce moment, Marine Le Pen aime bien les électeurs de la France Insoumise. La candidate tente de récupérer les électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Ces derniers temps, elle assure qu'un "certain nombre d'électeurs de Jean-Luc Mélenchon peuvent être intéressés" notamment par sa volonté de "préserver le système de protection sociale". "Je voudrais dire aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon que je serai extrêmement attachée à notre système de protection sociale", a-t-elle indiqué lors de son interview sur TF1 le 12 avril dernier. 

La candidate parle des électeurs de Mélenchon par-ci, les électeurs de Mélenchon par là... elle a dû oublier comment elle parlait d'eux il n'y a pas si longtemps. Marine Le Pen les qualifiait d'"islamo-trotskistes" en 2017. La candidate parlait aussi de "la France Insoumise, accompagnée de ses punks à chiens traditionnels" tant sur BFMTV que sur LCP en 2018. Ça aussi, elle a oublié.

Moi, je n'oublie pas parce que j'ai un peu de mémoire.

Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national.
À lire aussi

Un peu comme quand elle expliquait qu'il fallait "laisser le sport en dehors de la politique. C'est un des espaces précisément où la politique ne doit pas entrer", affirmait-elle avant de commenter le retour du joueur Benzema en équipe de France. "Je fais partie de ceux qui pensent que Karim Benzema n'aurait jamais dû y entrer", déclarait-elle. Là aussi, elle a dû oublier. Quant aux footballeurs qui ne chantent pas la marseillaise, il ne faut pas en parler non plus ? Finalement, si, puisqu'elle assurait qu'elle pensait "à ces joueurs de football qui ne chantent pas la marseillaise".

"Je ne manifesterai pas, je considère que ce n'est pas la place de dirigeant de parti politique", avait-elle déclaré en 2019. Mais 15 jours plus tôt, elle manifestait avec les pompiers, assurant qu'elle était "venue leur apporter (son) soutien".

La candidate du RN allègue pourtant qu'elle "n'oublie pas, car (elle a) un peu de mémoire". Peut-être que ce n'est donc pas un souci de mémoire, mais de constance ?

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.