1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : que proposent les candidats pour l'Europe ?
5 min de lecture

Présidentielle 2022 : que proposent les candidats pour l'Europe ?

Ce mercredi 19 janvier, à trois mois de la présidentielle, Emmanuel Macron a tenu un discours devant le Parlement européen pour la présidence française de l'Union européenne.

Des drapeaux de l’Union européenne flottent devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles le 11 mars 2021.
Des drapeaux de l’Union européenne flottent devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles le 11 mars 2021.
Crédit : ARIS OIKONOMOU / AFP
Marine Derquenne

Le Président de la république et futur candidat a tenu un discours ce mercredi 19 janvier devant le Parlement européen à l'occasion de la présidence française de l'Union européenne (PFUE). 

Dans l'hémicycle, seul le candidat écologiste Yannick Jadot était présent, avec notamment les députés européens François-Xavier Bellamy (LR), Jordan Bardella (RN), Manon Aubry (LFI) et d'autres encore. 

Ce discours pro-européen a donné l'occasion aux opposants d'Emmanuel Macron de se positionner sur le sujet de l'Europe, qui sera un thème majeur de la campagne présidentielle. De Zemmour à Mélenchon, que proposent les candidats à l'élection présidentielle de 2022 ?

Jean Luc Mélenchon prône la désobéissance des traités européens à l'aide de la clause de retrait dite de "l'opt-out" lorsqu'ils feront obstacle à la mise en œuvre de son programme "L'Avenir en commun". Il veut également sortir de l'Otan.

À droite : renforcer le contrôle aux frontières

À lire aussi

Les propositions de la candidate des Républicains Valérie Pécresse visent principalement à permettre un meilleur contrôle des frontières européennes. La candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, ainsi que le candidat surprise Éric Zemmour soutiennent également un contrôle des frontières nationales pour "garantir la sécurité" des peuples européens.

Valérie Pécresse prône une refonte de l'accord Schengen au même titre que Emmanuel Macron. Elle souhaite également mettre fin aux élargissements de l'Union européenne notamment pour la Turquie. Éric Zemmour souhaite lui aussi mettre fin au processus d'adhésion de la Turquie.

Pour Marine Le Pen, il n'est plus question de sortir de l'UE ou d'abandonner l'euro. Suite à ses revirements, elle prône désormais une "alliance européenne des nations" et la sortie "des produits agricoles des accords de libre-échange". Éric Zemmour veut également construire une "Europe des nations". Il souhaite bloquer tout nouveau transferts de compétence et mettre fin à la surtransposition des règles européennes. 

Comme Marine Le Pen, Éric Zemmour veut faire primer la loi nationale sur le droit européens existants. 

Enfin, Valérie Pécresse souhaite adjoindre à chacun de ses "grands ministres" un secrétaire d’État "chargé d’aller défendre les intérêts de son ministère à Bruxelles".

À gauche : renforcer la démocratie

Lors de son discours devant le Parlement européen, Emmanuel Macron a axé son propos autour de trois grandes promesses pour l'Europe : la démocratie, la paix et le progrès. Anne Hidalgo veut "une Europe puissante et humaniste" et plus démocratique. Le candidat écologiste prône une Europe "écologique, solidaire et humaniste.".

Pour renforcer la démocratie en Europe, Yannick Jadot aimerait donner plus de pouvoir au Parlement européen. Emmanuel Macron propose d'établir un droit d'initiative législative pour le Parlement européen. 

Yannick Jadot souhaite mettre fin à l'exigence d'unanimité au Conseil européen. Cela permettrait notamment d'éviter les blocages qui nuisent aux avancées sociales et écologiques. Cette évolution des institutions entraînerait, en effet, plus de marge de manœuvre pour porter des projets tels que le salaire minimum ou la fin des pesticides. Anne Hidalgo veut doter l'UE d'un programme ambitieux en matière de salaire minimum, d'égalité entre les hommes et les femmes et de protection des travailleurs de plateformes ou des travailleurs précaires. Christiane Taubira veut s'atteler au sujet de l'agriculture biologique en imposant une TVA à 0% au niveau européen. Elle affirme que "ce sera l'une de mes grandes batailles avec l’Union européenne qui est notre espace social, qui doit devenir un espace d’harmonisation fiscale et qui est un espace de droits et de liberté".

Sur l'écologie et l'Europe

Quant à l'écologie, comme Emmanuel Macron, Valérie Pécresse souhaite amplifier la politique du Green Deal en instaurant une taxe carbone aux frontières de l'UE. Anne Hidalgo veut "adapter les règles budgétaires de l'UE aux défis du XXIe siècle", afin que les règles ne soient plus une entrave à la transition écologique. Yannick Jadot compte "préserver la planète grâce à une Europe renforcée" et propose que l’Europe soit "climatiquement neutre en 2040" et non pas en 2050 comme prévu aujourd'hui. Le candidat écologiste souhaite surtout que soit signé un traité environnemental européen dont le but est de donner une "valeur juridique supérieure à l’environnement, la santé et la biodiversité". Ce traité sera le moyen de reconnaître l’écocide et "permettra de pénaliser les atteintes à l’environnement par les firmes transnationales". La reconnaissance du crime d'écocide figure aussi dans le programme d'Anne Hidalgo. 

Emmanuel Macron a également indiqué son souhait de vouloir actualiser la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne afin que les droits inscrits soient "plus explicites" sur la protection de l'environnement ou le droit à l'avortement. 

Quid des autres candidats ?

Le candidat communiste Fabien Roussel souhaite une réindustrialisation de l’Europe. Il appelle à une renégociation de tous les traités européens afin d’en "réécrire d’autres". Il veut également créer une agence européenne d’homologation des alternatives naturelles aux pesticides et insecticides, interdire d’importation des produits ne respectant pas les normes de productions françaises et européennes, avec mention obligatoire de l’origine des produits, et créer une police sanitaire et environnementale européenne.

Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (LO) ont un programme tourné vers la protection des travailleurs. En ce qui concerne l'Europe, Philippe Poutou se dit contre toute "armée" et partisan d’une sortie de l’Otan. Il veut "sortir des traités" et "détruire l'Europe". De son côté, la candidate Nathalie Arthaud  juge l'Union européenne trop libérale. Elle propose des "États-Unis socialistes d’Europe", qui permettraient de fédérer les travailleurs du continent. Jean Lassalle est soucieux du souverainisme français face à l’Union européenne et veut interrompre les traités de libre-échange.

François Asselineau, le candidat de l'Union populaire républicaine (UPR) est clair : il veut sortir de l'Union européenne, abandonner l'euro et sortir de l'Otan. L'ancien bras droit de Marine Le Pen, François Philippot souhaite également sortir de l’Union européenne et de l’euro. François Asselineau va plus loin : il souhaite retirer certains articles de la Convention des droits de l'homme pour ne plus être limité par la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme.


Nicolas Dupont-Aignan veut remplacer l’Union européenne par une Europe des Nations libres. Avant d'entamer les négociations avec les partenaires européens, il promet de consulter les Français par référendum. En cas de refus de négociation par l'Europe, "il faudra une sortie sèche de l'UE". Le candidat veut aussi mettre fin à la Commission et des hauts fonctionnaires, à l’Autorité de la concurrence. Il souhaite aussi, comme François Asselineau, sortir de l'espace Schengen.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/