1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Marine Le Pen, à l’offensive et sur la défensive en même temps
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : Marine Le Pen, à l’offensive et sur la défensive en même temps

ÉDITO - La candidate RN à l'élection présidentielle cherche à la fois à s'attaquer à Emmanuel Macron, tout en se méfiant de la concurrence que pourrait poser Éric Zemmour.

Marine Le Pen à Fréjus le 12 septembre lors de l'université d'été du RN.
Marine Le Pen à Fréjus le 12 septembre lors de l'université d'été du RN.
Crédit : VALERY HACHE / AFP
Présidentielle 2022 : Marine Le Pen, à l'offensive et sur la défensive en même temps
02:37
Présidentielle 2022 : Marine Le Pen, à l'offensive et sur la défensive en même temps
02:37
Olivier Bost

C'est une rentrée sous contrainte pour Marine Le Pen. La candidate à l'élection de 2022 a de la concurrence à l’extrême-droite, doit assurer son duel avec Emmanuel Macron et doit enfin se renouveler pour sa 3e campagne présidentielle.

Tout cela, nous l’avons retrouvé ce dimanche 12 septembre dans son discours et dans ses confidences. Commençons par la concurrence à l’extrême-droite, le plus flagrant dès le début de son discours. Marine Le Pen a fixé l’enjeu de la présidentielle : "ce n'est pas un choix de société, mais un choix de civilisation".

Voilà qui résonne aux oreilles de ceux qui regardent Éric Zemmour avec intérêt. Sur l’immigration, Marine Le Pen a déroulé ses fondamentaux : "Les délinquants français en prison, a-t-elle clamé, les étrangers dans l’avion".

"Nous arrivons à un carrefour, a-t-elle aussi expliqué, à un choix en forme de croix, puisque nous sommes à la croisée des chemins". La croisée des chemins c’est le nom du site internet d'Éric Zemmour. Marine Le Pen pense que le polémiste ne sera pas candidat, et a sans doute raison, mais ne veut pas le laisser prospérer pour autant.

À lire aussi

De la concurrence ? Des candidatures marginales, dit Marine Le Pen. Il y en a toujours eu :
Mégret, de Villiers, Dupont-Aignan… Mais cela n’a pas toujours réussi au Front National de l’époque. 

Marine Le Pen, défenseure des "libertés" ?

Le vrai concurrent, le seul adversaire, c'est Emmanuel Macron. Marine le Pen n’a que très peu cité le nom du chef de l’État, mais ne l'a pas épargné, mettant en avant cette idée de "libertés", au pluriel. Elle accuse le gouvernement d’avoir installé une "société du fichage et du flicage". Une façon de parler à une galaxie contestataire large, des anti-passe sanitaire aux gilets jaunes.

La candidate s’adresse aux anti-Macron les plus virulents, les mêmes qui se sont abstenus lors des dernières élections et qui lui ont fait sévèrement défaut aux régionales. C'est cependant un peu cocasse de voir Marine Le Pen s'ériger en premier défenseure des libertés, surtout lorsqu’on regarde ce que font, vraiment, ses partenaires nationalistes lorsqu’ils exercent le pouvoir, comme Orban en Hongrie ou Poutine en Russie, pour n’en citer que deux.

Mais même si cela semble effectivement osé d’aller sur ce terrain-là, Marine Le Pen est certaine de capter l'époque, l'air du temps, les colères de 2022 avec la défense des libertés.
Une façon de se renouveler, un peu, pour sa 3ème candidature.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/