1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : l'élu local, la nouvelle vedette des présidentiables
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : l'élu local, la nouvelle vedette des présidentiables

ÉDITO - Les maires sont au coeur des préoccupations des différents prétendants à la présidence de la République. Pourquoi ?

Emmanuel Macron et Xavier Bertrand le 28 juin 2021 à Douai.
Emmanuel Macron et Xavier Bertrand le 28 juin 2021 à Douai.
Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Présidentielle 2022 : l'élu local, la nouvelle vedette des présidentiables
02:52
Présidentielle 2022 : l'élu local, la nouvelle vedette des présidentiables
02:52
Olivier Bost

Les présidentiables ne jurent plus que par l’échelon local : le maire. Et ils promettent de leur donner plus de pouvoir. Mais pourquoi une telle attention ? Parce que le rêve d’un présidentiable est la proximité, de parvenir à nous parler de notre quotidien. Mettre sur un piédestal, la figure du maire, de l’élu local, donne cette impression de se rapprocher de l’électeur.

C’est aussi la recherche d’une confiance perdue. Dans une défiance généralisée, les maires restent les élus les plus appréciés. Enfin, toutes les réformes institutionnelles, le non-cumul, le quinquennat, les intercommunalités, les très grandes régions… ont brouillé notre vision de l’efficacité politique. Il n’y a plus que deux étages qui semblent opérants. Ce que décide le Président et ce que fait notre élu local. 

Les candidats à la présidentielle s’adaptent à une réalité

Olivier Bost

Les candidats à la présidentielle s’adaptent à une réalité - enfin… pour certains d’entre eux, ils la consacrent même. À droite, Xavier Bertrand revendique le bon sens près de chez vous. Mardi, lors de la présentation de son programme, il a défendu l’idée d’offrir aux collectivités locales la possibilité d’adapter les lois : "tout ce qui touche à la vie quotidienne" doit être décidé par les élus locaux. Xavier Bertrand promet une République des territoires, plus décentralisée que jamais. 

Et il n'est pas le seul. Anne Hidalgo défend dans Le Nouvel Obs de la semaine dernière "son équipe de France des maires". Ça tombe bien, le Parti Socialiste a surtout des maires en stock, pour faire une équipe de campagne. Et puis ça lui permet d’entretenir cette idée que si un maire fait quelque chose de bien, c’est qu’on devrait le faire partout.

Il n’est pas certain que cet amour pour nos maires soit franchement sincère

Olivier Bost
À lire aussi

Ce sont les maires faire-valoir, en étendard. Et le Président sortant Emmanuel Macron n‘est pas en reste. Pour lui, la décentralisation c’est simple. C’est l’État qui passe des deals avec les collectivités locales. C’est ça l’action publique efficace… (mais très encadrée quand même). Mardi, il a défendu des projets pragmatiques comme son programme à 5 milliards de revitalisation des centres villes.

C’est plus efficace, a-t-il défendu, que "des milliers d’heures dans des débats parlementaires sur la décentralisation"… Députés et sénateurs apprécieront le jugement sur la qualité de leur travail.

Il n’est pas certain que cet amour, plus ou moins spontané et de circonstances, de tous nos présidentiables pour nos maires soit franchement sincère. Ces présidentiables font le constat ou le choix qu’il n’y a plus que deux étages. Un Président qui règne à l’Élysée et les élus locaux pour s’occuper du quotidien. Comme si c’était aussi simple que ça.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/