1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Hommage national à Belmondo : derrière l’émotion se cache un peu de politique
2 min de lecture

Hommage national à Belmondo : derrière l’émotion se cache un peu de politique

ÉDITO - Un hommage national sera rendu à Jean-Paul Belmondo jeudi 9 septembre aux Invalides. Emmanuel Macron, dans son discours, tentera de répondre à l’émotion suscitée.

Jean-Paul Belmondo en 2010
Jean-Paul Belmondo en 2010
Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
Hommage national à Belmondo : derrière l'émotion se cache un peu de politique...
02:26
Hommage national à Belmondo : derrière l'émotion se cache un peu de politique...
02:26
Olivier Bost

"Tout fout le camp", "C’était mieux avant", "Aujourd’hui… on ne peut plus rien dire". Voilà les sentiments qu’ont provoqués, au-delà de la tristesse, la disparition de Jean-Paul Belmondo. Cela a réveillé une certaine nostalgie, l’époque EST nostalgique… Rincés par les crises, nous nous replongeons dans le bon vieux temps, comme si c’était hier.

Jean-Paul Belmondo, François Lenglet nous l’a décrit mardi matin, c’était les Trente Glorieuses. Quand l’acteur passait de Melville à Godard, avant de flanquer des bourre-pifs. Toute l’époque était incroyable : des taux de croissance formidables, des progrès permanents, et un vent de liberté. À cette époque, il n’y avait même pas besoin de traverser la rue pour trouver du boulot. C’est ce qui fait dire à certains qu’avec Belmondo, c’est une part de la France qui disparaît. 

Ce sentiment n’est pas nouveau, il s’est largement accentué… généralisé même. L’année dernière, l’entourage d’Emmanuel Macron avait déjà relevé que pendant le confinement et dans les semaines qui ont suivi, des rediffusions de vieux films, de très gros succès, comme La Septième Compagnie, faisaient des cartons d’audience… Un engouement qui selon un conseiller d’Emmanuel Macron illustre un mouvement profond dans l’opinion.

Il y a un sentiment de dépossession, celui de notre destin, de notre modèle social, de notre culture. Deux tiers des français trouvent qu’ils ne vivent plus dans le même pays qu’avant, celui de ces années-là… D’où l’émotion pour Jean-Paul Belmondo : un refuge, un idéal. C’est l’homme heureux qui ne se plaint jamais, tout l’inverse du "Gaulois réfractaire". Ce soir, aux Invalides, ce sera le Français magnifique.
 
Il y a une dimension très politique. Face à ce sentiment de dépossession, de perte de contrôle, l’entourage d’Emmanuel Macron réfléchit aux meilleures réponses. Comment renouer avec l’optimisme sans nier ce mouvement profond dans l’opinion ? Un discours d’hommage à Jean-Paul Belmondo n’y suffira pas bien sûr. D’autant que si je puis me permettre, sur ce crédo, retrouver la grandeur de la France, il y a déjà du monde… Et ils sont de plus en plus nombreux.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/