1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : qui sont les soutiens d'Éric Zemmour ?
1 min de lecture

Présidentielle 2022 : qui sont les soutiens d'Éric Zemmour ?

Une candidature du polémiste est appuyée localement dans différentes régions par des militants issus des rangs de l'extrême-droite.

Des affiches "Zemmour président" collées dans plusieurs villes
Des affiches "Zemmour président" collées dans plusieurs villes
Crédit : Olivier MORIN / AFP
2022 : qui appuie la candidature d'Éric Zemmour ?
02:07
Marie Moley - édité par Victor Goury-Laffont

Recruter des élus, obtenir des promesses de parrainages... Des étapes incontournables pour lancer sa campagne présidentielle, ce que pourrait faire prochainement Éric Zemmour. Pour l'y aider, plusieurs acteurs s'activent, issus, très régulièrement, de l’extrême droite.

En Bretagne et Pays de la Loire, Philippe Millau tente d’activer un réseau de soutien. Un ex-mégrétiste, ancienne figure du Bloc Identitaire, l'ancêtre de Génération Identitaire. Il est aujourd’hui président de TV Libertés, une webtélé nationaliste et identitaire. 

En Nouvelle-Aquitaine, aux manettes, on retrouve l’ancien délégué national du RN dans les Deux-Sèvres, qui a claqué la porte au parti car il trouvait Marine Le Pen trop molle et absente sur les questions de civilisations. Dans les Hauts-de-France, l’entourage d'un autre ancien du RN, Jean Messiha, a démarché plusieurs élus, joints par RTL.

Il y a une longue liste d’anciens élus du Rassemblement National qui sont partis, des nostalgiques du Front, époque Jean-Marie Le Pen, ou des déçus qui n’ont pas été réinvestis sur les listes aux régionales. L'un d'entre eux explique avoir "reçu la consigne de rester discret pour ne pas repousser des soutiens venus d’autres horizons".

Des candidats officiellement investis ?

À lire aussi

L’équipe autour d’Eric Zemmour refuse de dévoiler les noms de ceux qui auraient été adoubés directement par le polémiste. Mais l’un d’entre eux prévient : "Des ex-élus poisseux du RN s’investissent tous seuls, mais on ne travaillera pas avec ceux-là" car, dit-il, "il ne faut pas faire peur au notaire de Senlis".

Il y a donc flou très entretenu entre les soutiens autoproclamés, cooptés, ou effectivement investis par la garde rapprochée d’Éric Zemmour. Une ambiguïté bien pratique qui permet au polémiste de laisser faire sans avoir à gérer d’éventuels dérapages. Car derrière ses soutiens, c’est toute la question du positionnement d’Éric Zemmour :  serait-il un candidat entre Marine Le Pen et la droite, ou à la droite de Marine Le Pen ?

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/