1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : les ralliements à Zemmour, un "supplice chinois" pour le RN ?
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : les ralliements à Zemmour, un "supplice chinois" pour le RN ?

DÉCRYPTAGE - L'eurodéputé RN, Nicolas Bay, a officialisé son ralliement à Éric Zemmour. Un énième épisode qui illustre les débauchages des élus frontistes par le candidat Reconquête.

Marine Le Pen et Nicolas Bay, le 18 janvier 2022
Marine Le Pen et Nicolas Bay, le 18 janvier 2022
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie-Pierre Haddad

Rien ne se perd, tout se transforme. Depuis plusieurs semaines, le clan d'Éric Zemmour s'attèle à siphonner un à un les élus du Rassemblement national pour affaiblir Marine Le Pen. Accusée par la candidate de recourir à des méthodes peu orthodoxes, l'équipe d'Éric Zemmour s'est dotée d'une nouvelle prise : Nicolas Bay.  

Le député européen a été relevé de ses fonctions de porte-parole de Marine Le Pen. Pourquoi ? "Nous avons eu confirmation que Nicolas Bay, profitant de sa présence dans les plus hautes instances de la campagne, transmet depuis des mois des éléments stratégiques et confidentiels à notre concurrent direct Éric Zemmour. Ceci a permis à plusieurs reprises le parasitage des événements de la campagne", a indiqué le bureau exécutif du RN dans un communiqué.

Et voilà qu'un nouveau psychodrame se joue au sein du parti présidé désormais par Jordan Bardella. L'eurodéputé déchu de ses fonctions au RN a annoncé dans les colonnes du Figaro avoir "décidé de s’engager pleinement aux côtés d’Éric Zemmour dans la campagne présidentielle". "Je crois profondément dans sa candidature, son projet et sa stratégie", explique-t-il. 

"Haute trahison"

Pour Marine Le Pen, habituée aux guerres au sein du Front national, puis du Rassemblement national, "le départ peut être pardonnable mais le sabotage, qui consiste à rester des semaines et des semaines dans des instances, au cœur nucléaire de l'organisation d'une campagne présidentielle, pour pouvoir obtenir des informations sur cette campagne et accessoirement dans certains cas les transmettre à un concurrent politique, ça je considère que c'est de la haute trahison". 

À écouter aussi

Nicolas Bay fait durer le suspens sur son départ plusieurs semaines. Invité du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI le 30 janvier, l'eurodéputé avait expliqué "ne pas considérer Éric Zemmour comme un ennemi". Une provocation en direction de Marine Le Pen. 

Il y a une forme de supplice chinois

Entourage de Marine Le Pen

Cela s'inscrit dans la même stratégie que le sénateur RN Stéphane Ravier. Après plusieurs semaines de tensions, ce dernier a fini par annoncer son départ du parti, pour rejoindre le candidat Reconquête. "Chez Éric Zemmour, ils étalent l'opération (des ralliements, ndlr) pour qu'il y ait une forme de supplice chinois", souffle-t-on dans l'entourage de Marine Le Pen. Une méthode de torture qui débouche sur une morte lente. 

L'épilogue a donc eu lieu le 16 février au soir. Après les eurodéputés Jérôme Rivière, Gilbert Collard et Maxette Pirbakas, suivis par le sénateur RN Stéphane Ravier et plusieurs conseillers régionaux, Nicolas Bay a sauté le pas. Ce soutien sera ancré par le déplacement d'Éric Zemmour sur ses terres en Normandie. "Tout ça c'est du cinéma et de la mise en scène", s'agace un membre du bureau exécutif du RN.

Un épisode bonus se cache derrière cet énième psychodrame de campagne. La question qui se pose est de savoir jusqu'où ira ce supplice pour la candidate RN. Jusqu'au ralliement de Marion Maréchal ? 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire