1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Abstention "piège à cons", selon Mélenchon : mais qui sont-ils ?
2 min de lecture

Abstention "piège à cons", selon Mélenchon : mais qui sont-ils ?

ÉDITO - L'électorat de Jean-Luc Mélenchon fuit les urnes. Aux dernières élections municipales et régionales, moins d’un jeune sur cinq dans la tranche 18/34 ans est allé voter.

Jean-Luc Mélenchon, le 29 août 2021 à Châteauneuf-sur-Isère
Jean-Luc Mélenchon, le 29 août 2021 à Châteauneuf-sur-Isère
Crédit : OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP
Abstention "piège à cons", selon Mélenchon : mais qui sont-ils ?
03:26
Présidentielle 2022 : qui sont les abstentionnistes ?
03:26
Olivier Bost - édité par Marie-Pierre Haddad

Tout indique aujourd’hui que l’abstention va frapper aussi l’élection présidentielle. Dimanche dernier, dans son meeting de rentrée,Jean-Luc Mélenchon a reformulé une maxime : "Abstention, piège à cons !".

Une simple analyse de l’abstention lui donne raison. C’est son électorat qui fuit d’abord les urnes. Aux dernières élections municipales et régionales, moins d’un jeune sur cinq dans la tranche 18/34 ans est allé voter. 

Autres tranches qui votent beaucoup moins, ce sont les catégories les plus populaires : ouvriers et employés. Dans ces deux segments de populations, les jeunes et les bas revenus. Marine Le Pen est aussi touchée. Nous l’avons vu en juin dernier en particulier. Mais il ne faut pas s’arrêter à cela…

Abstention active vs abstention passive

Quand l’abstention atteint 70% du corps électoral, c’est tellement massif que ça touche toutes les catégories. Ensuite, au-delà des chiffres il faut regarder ce qui pousse à ne plus voter. Hier, les députés se sont intéressés à cette question dans une mission d’information. Ce qui ressort de leurs auditions de plusieurs sondeurs, c’est qu’il y a une forme d’abstention passive et une abstention active.

À lire aussi

L’abstention passive, c’est ceux qui ont été baptisés les "plus rien à faire, plus rien à foutre", par le politologue Brice Teinturier. Ils se désintéressent totalement de la chose publique, ils sont ailleurs pour eux. Ça ne sert à rien de voter. D’ailleurs, plus de 5 millions de Français ne sont même pas inscrits sur les listes électorales. 7 millions ne le sont pas à leur adresse actuelle.

Les candidats déclarés ou candidats potentiels n’emballent pas les foules

Olivier Bost

L’abstention active, en revanche, est un choix. C’est ceux qui veulent embêter les politiques en ne votant pas. En 2017, 1 Français sur 4 n’a pas voté au second tour de l’élection présidentielle. C’est la première fois, depuis 1969, que la participation a baissé entre le premier et le second tour alors même que le Rassemblement national, l’extrême droite était qualifiée. Et parmi ceux qui se sont déplacés, 4 millions de Français sont allés déposer un bulletin blanc ou nul. Une façon très explicite active de dire qu’ils ne se retrouvaient pas dans l’offre Macron/Le Pen.

Et il n’y a pas de raison que ça s’arrange l’année prochaine. D’abord parce que l’offre, même incomplète, est déjà très insatisfaisante. Les débats et les enjeux ne sont pas à la hauteur des attentes. Les candidats déclarés ou candidats potentiels n’emballent pas les foules. Ensuite, deux chiffres devraient inquiéter tous les prétendants à l’Élysée, jusqu’au sortant Emmanuel Macron. 

Des projections de vote en baisse

La défiance envers les politiques est mesurée à des niveaux records. L’institut Harris-Interactive a sondé 10.000 personnes pour le magazine Challenges qui sort aujourd’hui. Six Français sur dix estiment que les responsables politiques contribuent au déclin de la France !
Le deuxième chiffre inquiétant, ce sont les projections de vote.

Ipsos avait demandé aux français à la rentrée 2016 : êtes-vous certains d’aller voter l’année prochaine ? 67% disaient oui. Cette année, à la même question, ils ne sont plus que 57% à dire oui. Soit 10% de moins. Une offre éclatée, des débats bas de gamme, une participation en baisse et l’élection présidentielle pourrait ressembler à une loterie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/