1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Édouard Philippe, maître de la tactique de l’équilibriste
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : Édouard Philippe, maître de la tactique de l’équilibriste

DÉCRYPTAGE - L'ancien Premier ministre esquive les questions sur un éventuel rôle lors de l'élection présidentielle de 2022, au grand dam de LaREM et LR qui souhaitent briser le mystère.

Édouard Philippe, le 4 avril 2021
Édouard Philippe, le 4 avril 2021
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste

Une fine ligne sur laquelle Édouard Philippe semble se plaire. L'ancien Premier ministre est au centre de toutes les interrogations de la macronie et des Républicains, alors que se dessine lentement la campagne pour la présidentielle de 2022

Édouard Philippe sort ce mercredi 7 avril son dernier livre, co-écrit avec Gilles Boyer, Impressions et lignes claires. L'ancien chef du gouvernement évite soigneusement la question du scrutin présidentiel, tout en vantant une liberté de parole. 

Invité de France 2 le 4 avril, il déclarait être "d'une loyauté absolue à l'égard du président de la République" parce que "cela correspond à ce que je suis". "Mais il se trouve que je suis aussi d'une très grande liberté de ton et de pensée. Je veux me servir de cette liberté pour essayer de faire vivre un débat que je crois indispensable à mon pays", a-t-il ajouté semant le doute sur ses intentions. Autrement dit, voici la stratégie "et en même temps" revisitée par Édouard Philippe.

Les Républicains dans le flou

Son entourage assure que le maire du Havre "n'a pas d'agenda caché". "Il est dans une course de fond. Il se prépare pour 2027", explique un de ses proches à RTL. En attendant les spéculations vont bon train chez les macronistes, mais aussi au sein de son ancien parti, Les Républicains. La cote de popularité de l'ancien Premier ministre semble le laisser indifférent, à en croire ses propos dans Le Point"Ni la popularité ni l'impopularité ne comptent à mes yeux", assurait-il

S’il se lance, il plie le match

Un député Les Républicains
À lire aussi

Mais ce n'est pas le cas du reste de la classe politique. "S’il se lance, il plie le match, moi je le suivrais", confie un député LR. Un conseiller Les Républicains lui assure qu'"il écraserait tout le monde en deux semaines".

Les spéculations autour des ambitions présidentielles de ce proche d'Alain Juppé agace Rachida Dati. Comme le rapportent nos confrères de L'Opinion, lors du conseil stratégique du parti, la maire LR du VIIe arrondissement de Paris s'est étonnée de voir l'engouement de certains à droite pour le maire du Havre. Elle a rappelé que ce dernier ne faisait plus partie des Républicains.

La macronie sur ses gardes

Chez La République en Marche, la ligne floue d'Édouard Philippe agace. "Il peut être le Emmanuel Macron… d’Emmanuel Macron ! Il est en campagne", prévient le député ex-LaREM du Val-d’Oise, Aurélien Taché dans Le Monde

Dans Impressions et lignes claires, Édouard Philippe explique avoir lui-même remis sa démission et celle de son gouvernement en juillet 2020. Sur France 2, il assure avoir "une idée" concernant la décision d'Emmanuel Macron de se séparer de lui, sans en dire plus. Traduction d'un conseiller de l'exécutif : "Il insinue qu’il était trop populaire et que le président a décidé de se séparer de lui pour cette raison". Un proche du président de la République indique même que l'ancien Premier ministre n'aurait pas remis de lettre de démission au chef de l'État.

Philippe, personne ne le regrette !

Un député de la majorité dans "Le Monde"

Au sein de la majorité, on qualifie les propos de l'ancien premier ministre "d'ambigus". "Entre les mesures sanitaires, les vaccins, la loi Climat, la loi fin de vie… On a d’autres chats à fouetter !", s’agace un cadre LaREM dans Le Monde. Un agacement perceptible aussi chez un député de la majorité qui assure que "Philippe, personne ne le regrette ! Nous n’avons pas oublié que c’était 'marche ou crève' avec lui".

Pour l'instant, il est encore trop tôt pour deviner les réelles intentions du maire du Havre, selon un macroniste. Dans Le Parisien, il reconnaît que "ça commence à montrer les dents, on sent qu’il y a plus d’inquiétudes qu’avant, mais tout le monde est dans le flou. Comme les philippistes d’ailleurs".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/