1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pourquoi l'acte d'Éric Zemmour fait-il autant parler ?
2 min de lecture

Pourquoi l'acte d'Éric Zemmour fait-il autant parler ?

Au salon de Milipol, Éric Zemmour a pointé une arme sur un journaliste. Une blague selon l'essayiste, mais un fait qui s'inscrit dans un cadre plus large de lutte contre les "contre-pouvoirs".

Eric Zemmour pointant une arme sur des journalistes
Eric Zemmour pointant une arme sur des journalistes
Crédit : Capture d'écran Twitter @L_heguiaphal
Zemmour : une nouvelle polémique sur fond de discorde
03:04
Zemmour : une nouvelle polémique sur fond de discorde
03:04
Benjamin Sportouch & Hortense Crépin

C'est une scène assez irréelle à laquelle nos journalistes ont assistés ce mercredi au salon Milipol de Villepinte (Seine-Saint-Denis). Alors qu'il se trouve sur un stand, Éric Zemmour teste un énorme fusil de sniper, le prend en main, et le pointe en direction des caméras présentes sur place. "Reculez, reculez", dit plusieurs fois le polémiste, rieur devant des journalistes stupéfaits par ce "spectacle". 

Quelques heures après cette scène, une passe d'arme débute entre l'essayiste et la ministre de la Citoyenneté, Marlène Schiappa. C'est cette dernière qui allume la mèche sur Twitter en parlant d'un "moment horrifiant pour la liberté de la presse". 

Suite à quoi le polémiste répond en qualifiant Marlène Schiappa "d'imbécile qui cherche à monter en neige une polémique grotesque. Je me suis amusé pendant 30 secondes. Il n'y avait pas de message politiques, pas de menaces. Je ne me laisse pas intimider et insulter. Quand on m'attaque, je tape trois fois plus fort", lance l'ancien éditorialiste avant qu'un journaliste lui rétorque qu'il visait bien les journalistes, ce qui déclenche une réponse tout aussi sèche d'Éric Zemmour. "Si vous ne connaissez pas la différence entre la blague, l'humour et le sérieux, c'est que vous êtes un imbécile."

"Enlever le pouvoir aux contre-pouvoirs"

Si cette séquence fait autant parler, c'est parce qu'elle s'inscrit dans un discours de fond d'Éric Zemmour sur le poids de certains contre-pouvoirs, notamment sur la stratégie anti-élites du probable futur candidat à l'élection présidentielle. Des élites dans lesquelles ils placent les juges et les journalistes. "Nous avons des contre-pouvoirs qui sont devenus le pouvoir, c'est-à-dire la justice, les médias et les minorités. Nous devons enlever le pouvoir à ces contre-pouvoirs", expliquait samedi dernier le polémiste à Béziers. 

À écouter aussi

Des médias auxquels Éric Zemmour appartenait jusqu'à peu, puisqu'il est titulaire de la carte de presse depuis 30 ans et travaillait jusqu'au mois dernier chez CNEWS. Mais il ne s'arrête pas là et veut aussi déboulonner des institutions considérées comme les garde fous de la démocratie : le Conseil constitutionnel notamment (les neuf sages chargés de veiller à la conformité des lois à notre constitution) mais selon l'essayiste ils n'ont qu'une vocation : empêcher l'État d'agir.

Un coup de balai qui rappelle le Front National du temps de Jean-Marie Le Pen, alors cette séquence au Milipol, Éric Zemmour semble ce soir vouloir la relativiser, en témoigne son dernier tweet d'une photo de la reine d'Angleterre en train de s'essayer, elle aussi au tir.  Reste que le coup est parti et la polémique avec. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/