2 min de lecture Coronavirus France

Pour le budget de l’État, il n’y a plus de limite, et pas de débat

ÉDITO - Alors que le gouvernement multiplie les dépenses et les promesses de déblocage d'enveloppes face à la crise sanitaire, cela ne semble pas provoquer de débat des tenants de la maîtrise du budget.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Budget 2021: il n y a plus de limite et pas de débat Crédit Image : Ludovic MARIN / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Ryad Ouslimani

Pour le budget de l’État, il n’y a plus de limite, et pas de débat. Les vannes sont complètement ouvertes,"quoi qu’il en coûte", comme l’avait dit Emmanuel Macron. Les milliards se déversent par dizaines et par centaines. Et un ministre me l’a confié, avec un grand sourire, en ce moment avec Bercy,  c’est plutôt "facile". L’armée, la police, l’école, la transition écologique, les transports, la justice… Tout le monde est arrosé.
 
Et c'est à peine de l'ironie. Parce que, qu’est-ce que vous voulez dire ? Avec tous ces milliards, personne ne se plaint (il ne manquerait plus que ça). L’État ne distribue pas qu’aux administrations et aux services publics. Il y a en a pour tout le monde. Les entreprises, les associations, les classes moyennes. Personne n’est oublié.

Et il ne passe pas une semaine sans que quelques centaines de millions d’euros, voire quelques milliards d’euros, soient de nouveau annoncés. Avec l’aggravation de la situation sur le Covid, ça n’est pas près de s’atténuer. Et comme l’État n’arrive que très rarement à baisser ses dépenses, ça veut dire qu’on en prend pour des décennies. Mais encore une fois, ce n’est pas grave…

Un argent bien dépensé ?

Mais ça ne nous dit pas pourquoi ça ne fait pas débat, au moins au niveau politique. Prenez Éric Woerth, il est dans la catégorie de ceux que j’appellerais les obsédés de la dette (ne cherchez pas de contrepèterie). Là, avec Emmanuel Macron il a presque lâché son combat.
Fini. L’ancien ministre du Budget a bien dit qu’il voterait le plan de relance et ajoute presque timidement : "Attention quand même à la bombe à retardement". 

Le combat est perdu, ou au moins ce n’est plus le combat du moment. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a beau assurer qu’une dette, ça se rembourse, tant qu’on ne dit pas à partir de quand et que l’argent ne coûte rien, c’est une promesse qui ne coûte pas cher. 

À lire aussi
Olivier Véran et Jean Castex à l'hôpital nord de Marseille, le 24 octobre 2020. Coronavirus France
Les infos de 18h - Marseille : "La progression de l'épidémie n'est pas terminée", prévient Castex

Mais on pourrait quand même mettre sur la table un débat. Car quand on ouvre toutes les vannes, des centaines de milliards pour faire face à la crise, il serait peut-être assez sain de se demander si tout cela est vraiment bien dépensé. Quand on choisit d’alléger les impôts, ça n’aura pas d’effet immédiat. Plus globalement, la question qui peut aussi se poser, c’est si nous ne sommes pas en train de faire un plan de relance alors que nous sommes encore les 2 pieds dans la crise.

Autrement dit, nous nous projetons dans l’avenir alors que le présent n’est pas réglé. Mais tant que les milliards pleuvent, il n’y a pas de débat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Budget Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants