2 min de lecture Coronavirus France

Covid-19 : quand Sibeth N'Diaye et Agnès Buzyn mettent en cause les Français

ÉDITO - Les auditions au Sénat de Sibeth N'Diaye et Agnès Buzyn mercredi 23 septembre ont montré que les deux anciennes ministres pointent un défaut de compréhension des Français face à la crise sanitaire.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Covid-19 : quand Sibeth N'Diaye et Agnès Buzyn mettent en cause les Français Crédit Image : LUDOVIC MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Ryad Ouslimani

L’ancienne porte-parole du gouvernement a surpris, mercredi 23 septembre. Sibeth N’Diaye était auditionnée au Sénat, c’est la commission d’enquête sur la Covid qui continue ses travaux. Et là, l’ancienne ministre, en charge des idées à LaREM depuis lundi, a eu une explication, une justification, pour le moins surprenante sur ce qui s’est passé au début de l’épidémie.

"On a souffert, a-t-elle expliqué, d’un défaut d’acculturation scientifique de la population française". On n’y connaissait rien à la médecine. La faute aux Français. De la part d’une communicante et ancienne porte-parole, qui certes ne passe pas un moment agréable devant une commission d’enquête, c’est quand même osé. 

Sibeth N’Diaye explique aussi ce qui s’est passé au début de la pandémie par notre rapport au temps. Nous voulions des réponses tout de suite, à toutes les questions. Nous ne supportons plus l’incertitude. C’est vrai, sauf que le gouvernement à cette époque, et avant de changer de discours, n’arrivait pas à dire très simplement : "Nous ne savons pas". Sibeth N’Diaye, c’est bien elle qui avait expliqué qu’il ne fallait pas porter de masque parce qu’on ne savait pas les utiliser ? Elle l’a assuré hier. À aucun moment on ne lui a demandé de mentir sur la situation des masques. 

L'opinion publique "ne s'est pas préparée"

Mais elle n’était pas toute seule mercredi au Sénat à se défendre. Agnès Buzyn a expliqué qu’elle avait eu une intuition au début de l’épidémie, mais elle n’a été partagée par personne, a-t-elle dit. C’est la faute des autres, encore.

À lire aussi
Une élève qui porte un masque de protection à l'école Françoise-Giroud, à Vincennes, le 1er septembre 2020. éducation nationale
Reconfinement : à quoi faut-il s'attendre à dans les écoles, collèges et lycées ?

L’ancienne ministre de la Santé avait aussi décidé de faire des points quotidiens pour préparer l’opinion, a-t-elle expliqué. "Force est de constater, a-t-elle ajouté, que l’opinion ne s’est pas préparée". Décidément les Français sont indécrottables, ils ne comprennent rien.

Il faut être un peu indulgent, ça reste les débuts de l’épidémie, très compliqués. Mais des doutes persistent sur ce que nous avons vraiment appris de cette période. J’espère que les Français appréhenderont mieux les nuances de rouge, dernière invention pour faire de la pédagogie.

Vous vivez maintenant dans une zone rouge, une zone rouge alerte renforcée, ou une zone rouge alerte maximale. C’est la nouvelle météo. Ces couleurs, nous l’avons bien compris, sont là pour durcir les règles sanitaires, pour fermer les bars et les restaurants. Mais là encore c’est de votre faute aussi. Si vous ne voulez arrêter ni de manger, ni de boire...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants