3 min de lecture Jean-Luc Mélenchon

Plus discret, "Jean-Luc Mélenchon se méfie de lui-même et de ses excès", selon Olivier Bost

ÉDITO - Ces derniers temps Jean-Luc Mélenchon a un peu disparu de la scène, pourquoi ? Quand on a essuyé plusieurs échecs, il faut savoir se mettre un peu au vert, le temps que ça passe.

Micro RTL générique L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Plus discret, "Jean-Luc Mélenchon se méfie de lui-même et de ses excès", selon Olivier Bost Crédit Image : Ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Marie-Pierre Haddad

Mais qu'arrive-t-il à Jean-Luc Mélenchon ? Ces dernières semaines, il est plus discret que d'habitude. Comment l'expliquer ? Alors, c'est un peu dans la nature de Jean-Luc Mélenchon. Il n'est pas seulement colérique, il est aussi cyclothymique. Plusieurs fois, nous l'avons vu presque littéralement, disparaître de la circulation.

Là, on ne peut pas dire qu'il a totalement disparu mais il est effectivement plus discret. Il faut dire que la période n'est pas facile pour la France insoumise. Le mouvement des "gilets jaunes" s’essouffle, perd le soutien de l'opinion et n'a pas de perspective. 

La France insoumise est aussi dans une dynamique négative pour les élections européennes puisqu'elle perd des points au fil des sondages. Europe Écologie-Les Verts et En Marche en gagnent et le Rassemblement national se porte bien.

Flop sur flop

Mais d'où vient ce trou d'air pour la France insoumise. En fait, c'est comme si les Insoumis étaient monté au début du quinquennat en haut d'un toboggan. Forts des presque 20% de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle. Un score qui paraît bien lointain. La première douche froide a été les législatives.

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon le 25 juin 2019 à l'Assemblée Jean-Luc Mélenchon
Mélenchon annule sa visite à l'université d'été de LFI pour aller au Brésil

À leur décharge, ils ont été victimes du système électorale, ultra favorable au gagnant de la présidentielle. Le Rassemblement national a fait encore pire que la France Insoumise. Sauf que Jean-Luc Mélenchon a rêvé d'un troisième tour social, à la rentrée 2017. C'est son premier flop.

Il s’est fait avoir par Emmanuel Macron et la majorité qui l’a entretenu dans l'idée, fausse qu'il était la première force d'opposition. Ensuite, la France insoumise a cru pouvoir se refaire sur les réformes de la SNCF, puis dans les universités et dans les lycées. Flop, flop et re-flop. Rien n'a véritablement pris. Leur seule réussite, c'est d'avoir installé l'ambiance qui a amené aux "gilets jaunes".

De moins en moins présents avec les "gilets jaunes"

Mais ensuite, ils n'en ont pas du tout profité ? Eh non. C'est ça leur drame. Ça a d'abord réveillé les envies d'insurrection qui sommeille chez chaque insoumis. Jean-Luc Mélenchon est allé jusqu'à vénérer Éric Drouet, l'un des fondateurs des "gilets jaunes". Mais ce mouvement est fait de trop de choses pour être seulement d'extrême gauche.

Si on regarde bien les choses, que ce soit Jean-Luc Mélenchon ou même François Ruffin, sans aller jusqu'à parler de tentative de récupération, il n'y a jamais eu d'osmose entre ces leaders de la France insoumise et les "gilets jaunes". C'est pour ça que de manif en manif, on les a moins vus et moins entendus.

Jusqu'à ce week-end avec la blessure du député Loïc Prud'homme. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de sujet. Nous en sommes à plusieurs milliers de blessés, plusieurs très graves, estropiés à vie. Il y a pour le maintien de l’ordre des armes que seule la France utilisent en Europe, il y a des choses à dire. Quand on aura du recul, l'histoire sera peut-être sévère, un jour pour cette période.

Marine Le Pen s'en sort beaucoup mieux

Sauf qu'aujourd'hui de la part de la France insoumise s'en prendre aux violences policières, ça ressemble aux derniers arguments pour maintenir un lien avec les "gilets jaunes" et pour viser le pouvoir. Ils n'ont plus grand chose d'autres. À la fin, Marine Le Pen s'en sort beaucoup mieux. Comment ça se fait ?

Marine Le Pen n'a pas toujours dénoncé promptement la violence mais elle n'a pas mis d'huile sur le feu. Jean-Luc Mélenchon, avec ses proches, a fait tout le contraire. Ils ont oubliés une part de leur électorat. Le vote populaire, ce n'est pas que des insurrectionnels que le grand bazar excitent. Il y a aussi, dans la base de son électorat, une demande d'ordre et de respect de la République.

Son comportement lors des perquisitions chez lui et à la France insoumise a aussi fait beaucoup beaucoup de mal à son image d'éternel Républicain. Avec Adrien Quattennens et Alexis Corbières, ils sont convoqués dans les jours qui viennent devant la justice pour violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique. À l'approche de cette convocation. Jean-Luc Mélenchon est aussi, peut-être, un peu plus prudent. Il se méfie de lui-même et de ses excès. Une bonne raison donc pour être un peu plus discret...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean-Luc Mélenchon La France insoumise Gilets jaunes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797131103
Plus discret, "Jean-Luc Mélenchon se méfie de lui-même et de ses excès", selon Olivier Bost
Plus discret, "Jean-Luc Mélenchon se méfie de lui-même et de ses excès", selon Olivier Bost
ÉDITO - Ces derniers temps Jean-Luc Mélenchon a un peu disparu de la scène, pourquoi ? Quand on a essuyé plusieurs échecs, il faut savoir se mettre un peu au vert, le temps que ça passe.
https://www.rtl.fr/actu/politique/plus-discret-jean-luc-melenchon-se-mefie-de-lui-meme-et-de-ses-exces-selon-olivier-bost-7797131103
2019-03-06 07:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ecMx8PB0oJRm86QyXKx7OQ/330v220-2/online/image/2019/0227/7797073196_000-1dz6yy.jpg