1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Passe sanitaire : "C'est le virus qui est liberticide", estime Gabriel Attal sur RTL
2 min de lecture

Passe sanitaire : "C'est le virus qui est liberticide", estime Gabriel Attal sur RTL

INVITÉ RTL - Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a également estimé que "la démocratie a joué son rôle à plein" au moment où le Parlement adopte définitivement le projet de loi sur l'extension du passe sanitaire.

Gabriel Attal est l'invité RTL de Stéphane Carpentier
Gabriel Attal est l'invité RTL de Stéphane Carpentier
Crédit : RTL
Passe sanitaire : "C'est le virus qui est liberticide", dit Gabriel Attal
12:33
Gabriel Attal était l'invité RTL du 26 juillet 2021
12:33
- édité par Quentin Marchal

Dans la soirée du dimanche 25 juillet, le Parlement a adopté définitivement, par un ultime vote de l'Assemblée, le projet de loi qui prévoit l'obligation vaccinale pour les soignants et l'extension controversée du pass sanitaire. Selon le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal invité de RTL ce 26 juillet, "la démocratie a joué son rôle à plein" dans "un contexte où le virus est liberticide".

Gabriel Attal se satisfait qu'"une partie de l'opposition s'est ressaisie" et que le Parlement ait trouvé "un accord large" avec la majorité sénatoriale LR. "Il y a un consensus large autour des annonces du président de la République et des mesures qui sont portées par le gouvernement" a-t-il affirmé, en soutenant qu'"il faut ce rassemblement large pour lutter contre l'épidémie".

Concernant le contenu du texte, Gabriel Attal a rejeté l'idée qu'il était moins sévère que prévu et estimé qu'il y a "plus de progressivité dans les sanctions". "Pour ce qui est des restaurateurs et des patrons d'établissements recevant du public qui ne respecteraient pas le passe sanitaire, ce sera d'abord une mise en demeure, ensuite une fermeture administrative de l'établissement et, en cas de réitération, des sanctions pénales" a-t-il ajouté.

La rémunération suspendue pour les non-vaccinés

Concernant les personnes qui ne respecteraient pas l'obligation vaccinale du fait de leur profession, Gabriel Attal a rappelé qu'il n'y aurait pas de licenciement : "Il y aura une suspension du contrat avec une suspension de la rémunération et on reviendra sur ce sujet là avant la mi-novembre". "L'autre choix du Parlement, c'est de mettre un terme dans la loi à ces mesures au 15 novembre, ce qui était prévu au départ, c'était le 31 décembre" a souligné le porte-parole du gouvernement.

À lire aussi

"On verra à ce moment là si il y a beaucoup de salariés ou non qui ont fait le choix de ne pas respecter le passe sanitaire ou l'obligation vaccinale pour ceux qui y sont soumis" a-t-il ajouté. "Il y en aura très peu" est convaincu Gabriel Attal, qui rappelle que "depuis le début de cette crise, on a toujours fait confiance à la responsabilité des Français".

"Je suis certain que face à l'urgence de la situation, les Français et les salariés en l'occurrence seront massivement responsables en se faisant vacciner ou en respectant le passe sanitaire" a-t-il également ajouté.

La rédaction vous recommande

 

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/