2 min de lecture Incendie

Municipales 2020 : derrière la fumée de l'incendie de Lubrizol… les urnes

ÉDITO - Transparence, écologie, sécurité... À six mois des élections municipales, Rouen une catastrophe très politique.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Municipales 2020 : derrière la fumée de l'incendie de Lubrizol... les urnes Crédit Image : LOU BENOIST / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Marie-Pierre Haddad

Avec l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, on réalise que nous assistons à une catastrophe très politique et ce d'autant plus que la défiance est devenue presque automatique face à nos autorités, que ce soit l’État ou les élus. Résultat : la crise est très difficile à gérer pour la préfecture et pour le gouvernement.

Le gouvernement s’est sacrément mis en difficulté et c’est ça que tous ses opposants veulent exploiter cette situation. Les ministres, les uns après les autres, jusqu’au Premier d’entre-eux se sont mis tous seuls dans une spirale infernale. La spirale de la suspicion. Je ne vais pas vous refaire le déroulé des déclarations sur place mais c’est bien la catastrophe dans la catastrophe

Pour résumer, un coup il n’y a pas de risque. Un coup, c’est pollué. Un coup, on ne sait pas. Nous sommes passés par toutes les phases d’une communication de crise complètement ratée.

Un gouvernement en grande difficulté

Vous ajoutez à cela ce délai incompréhensible pour dire enfin ce qui a brûlé, vous avez une angoisse et une colère des habitants, légitimes et qui ne retombent pas. Vous avez aussi de quoi alimenter toutes les théories du complot et autres fake news qui pullulent sur les réseaux sociaux. Comme en France, nous avons déjà vécu le nuage de Tchernobyl, le scandale de l’amiante et j’en passe… Le terrain est déjà très favorable.

À lire aussi
Des pompiers tentent d'éteindre un incendie en Australie, le 15 novembre 2019 animaux
VIDÉO - Incendies en Australie : une femme sauve un koala au péril de sa vie

Et vous avez donc aujourd’hui un gouvernement en grande difficulté. On a vu dans les rues 
Yannick Jadot pour Europe Écologie-Les Verts, Olivier Faure pour le Parti socialiste ou encore Raphaël Glucksmann. Ça a aussi bataillé à l’Assemblée nationale au moment des questions d’actualité.

L’opposition tient là un loupé du gouvernement. Tous se défendent d’alimenter la paranoïa ambiante mais ils font bien remarquer que le gouvernement a assoupli il y a quelques mois les règles de sécurité pour les sites Seveso. L’usine Lubrizol en a profité pour augmenter ses capacités de stockage. En off, hors-micro, ils sont persuadés que l’incendie n’est que le début du scandale. Dans l’opposition, quand vous tenez un scandale, il ne faut pas le louper.

Du cynisme politique ?

C'est du cynisme parfaitement politique avec en plus des élections municipales dans le viseur. La catastrophe a aussi été difficilement gérée par les élus. À la métropole, vous avez vu les images de gens qui voulaient rentrer de force. Les élus étaient perdus, dépassés, sous-informés. Tout le monde était "en vrac", m’a décrit l’un d’eux. À Rouen, la catastrophe a une résonance particulière dans le paysage politique local. C’est la fin de la Fabuisie et des socialistes tout puissants.

La fin d’un cycle politique. Alors à moins de 6 mois des élections municipales, l’incendie de Lubrizol, derrière la fumée, prend une autre dimension. Il se trouve que les écolos partaient déjà favoris avant la catastrophe, d’après un sondage confidentiel. Le candidat socialiste lui s’est déclaré il y a quelques semaines à peine. Il avait affiché son ambition : "Faire de Rouen la ville la plus agréable à vivre de France". Il va falloir revoir son slogan…

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Incendie Élections municipales Rouen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants