2 min de lecture Écologie

Menu unique dans les cantines lyonnaises : Denormandie fustige "une écologie de l'entre-soi"

INVITÉ RTL - Le ministre de l'Agriculture estime que la décision prise par la mairie de Lyon est aberrante sur le plan nutritionnel et honteuse sur le plan social.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Julien Denormandie était l'invité de RTL du 23 février 2021 Crédit Image : Nicolas Kovarik / Agence 1827 pour RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch édité par Benjamin Hue

C'est la polémique du début de semaine sur le plan politique. Depuis lundi, les écoliers lyonnais se font servir un menu sans viande à la cantine. La mairie de Lyon a décidé de recourir à un menu unique dépourvu de viande mais incluant des oeufs et du poisson afin de fluidifier le service le midi tout en respectant la distanciation sociale.

Cette décision, temporaire, est dénoncée par certains membres du gouvernement, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Julien Denormandie en tête.

Invité de RTL ce mardi 23 février, Julien Denormandie estime que ce menu unique est "aberrant du point de vue nutritionnel" et "une honte sur le plan social". "C'est toujours une écologie de l'entre-soi, selon lui, où à chaque fois ce sont les plus fragiles, qui n'ont pas forcément accès à des repas équilibrés, qui sont pénalisés par ces décisions".

Le maire de Lyon, Grégory Doucet, s'est défendu en arguant que cette mesure visait à faire manger tous les enfants en même temps afin de respecter les contraintes sanitaires. L'édile a rappelé que l'ancien maire de la ville Gérard Collomb avait pris la même décision après le premier confinement sans susciter de vagues. 

"Pas de cacophonie" au sein du gouvernement

À lire aussi
Élisabeth Borne
Index de l'égalité professionnelle femmes/hommes : les bons et les mauvais élèves

"Quelle est la différence avec il y a un an ?, lui répond le ministre. On était après le confinement, on ne connaissait pas le virus, les écoles rouvraient, on était dans le court terme. Aujourd'hui, on doit vivre avec le virus. Est-ce que ça veut dire arrêter de servir de la viande dans les cantines ?".

Le ministre de l'Agriculture a saisi le préfet sur la question et ne s'interdit pas de prendre des mesures. "Je souhaite que la réglementation alimentaire de nos enfants soit pleinement appliquée. On regarde si la réglementation est respectée et s'il faut aller plus loin, nous irons plus loin".

Depuis lundi, des ministres ont laissé entendre d'autres sons de cloche. La ministre de la Transition écologique Barba Pompili a regretté par exemple "un débat préhistorique" véhiculant "des clichés éculés". Le ministre de la Santé a jugé qu'il n'y avait "pas lieu de polémiquer". Pour autant, Julien Denormandie assure qu'"il n'y a pas de cacophonie au gouvernement".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie École Cantine
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants