3 min de lecture Liberté

Loi Avia : Andréa Bescond dénonce "l'étrange sagesse" du Conseil constitutionnel

BILLET - "Ça me parait paradoxal que ces gens qu’on appelle les 'Sages' soient ceux qui laissent la haine en ligne se développer, tranquille, en toute liberté" lance Andréa Bescond, mardi 23 juin.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Loi Avia : Andréa Bescond dénonce "l'étrange sagesse" du Conseil constitutionnel Crédit Image : KENZO TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Andréa Bescond édité par Gregory Fortune

La liberté de pensée suppose-t-elle la liberté de parole ? Les règles de la logique limitent-elles la liberté de l’esprit ? Jusqu’à quel point y a-t-il un antagonisme entre liberté et sécurité ? Bon, je vous rassure, je ne vais pas engager une pensée philosophique ce soir. De toute façon, sur une chronique de 2 minutes 30 ce serait mission impossible, et même sans ça mes cours de Terminale sont bien trop loin derrière moi, et les vôtres aussi d’ailleurs.

Seulement, je m’interroge aujourd’hui. Vous êtes au courant que, jeudi 18 juin, les "Sages" du Conseil Constitutionnel ont retoqué la loi Avia, après que cette loi ait été adoptée par le Parlement le 13 mai dernier ? La loi Avia était initialement prévue pour renforcer la lutte contre la haine en ligne. 

La mesure phare prévoyait pour les plateformes et moteurs de recherche l’obligation de retirer sous 24 heures les contenus "manifestement illicites" comme les incitations à la haine, les menaces, ou encore les contenus pédopornographiques ou terroristes. 

Il n’y a ni régulation, ni choix : il y a une évidence

Andréa Bescond
Partager la citation

La garde des Sceaux Nicole Belloubet avait assuré que cette loi ne représentait en aucun cas un retrait de l’autorité judiciaire. Seulement, cette loi, qui pouvait sembler complexe à appliquer, notamment par le Conseil national du numérique, a été jugée liberticide par de nombreux détracteurs, comme Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Bruno Retailleau aussi, le chef de file des sénateurs LR qui fustigeait ce texte car il confiait aux Gafa (Google, Amazon, Facebook et Apple) "le soin de réguler une liberté publique".

À lire aussi
MHD, rappeur français (illustration) justice
Rixe mortelle : le rappeur MHD remis en liberté sous contrôle judiciaire

C’est vrai que quand on touche à la liberté d’expression, le peuple français se rebelle et il a bien raison. Perso, je suis Charlie "for ever". Sauf que quand des propos ou des images sont illicites, il ne devrait pas y avoir d’hésitation ou d’ambiguïté. Il n’y a ni régulation, ni choix : il y a une évidence.

Il faut savoir que pendant le confinement, par exemple, il y a eu une explosion des échanges entre pédocriminels sur Snapchat, Facebook, TikTok, avec des échanges de vidéos pédopornographiques. Derrière ces images, il y a des bourreaux et surtout des victimes.

Qu’est-ce que ça veut dire aujourd’hui, protéger la liberté ?

Andréa Bescond
Partager la citation

Et il y a surtout des plateformes qui accueillent ces images, à qui on ne demande aucune responsabilité car cela pourrait paraître liberticide alors que, nous sommes d’accord, ces contenus sont "manifestement illicites".

Alors qu’est-ce que ça veut dire aujourd’hui, protéger la liberté ? On n’a peut-être pas besoin d’un législateur pour faire la différence entre des internautes qui vont insulter des milliers de débiles qui dansent agglutinés les uns contre les autres à la Fête de la musique post Covid, et d’autres qui vont menacer de mort des jeunes filles qui déclinent des propositions sexuelles.

Une liberté de répandre la violence librement

Andréa Bescond
Partager la citation

On peut aussi avoir la liberté d’être un peu clairvoyant. Alors, quand des vidéos de viols d’enfants circulent librement sur des plateformes libres, accessibles par tous, en toute liberté, oui c’est vrai, une forme de liberté est préservée. Une liberté de traumatiser. Une liberté de tuer.

Une liberté de répandre la violence librement, sereinement, derrière un pseudo, pleutres qu’ils sont pour la plupart. Ça me parait paradoxal que ces gens du Conseil Constitutionnel, qu’on appelle les "Sages", soient ceux qui laissent la haine en ligne se développer, tranquille, en toute liberté. Étrange sagesse.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Liberté Expression Conseil constitutionnel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants