4 min de lecture Remaniement ministériel

Remaniement : Castaner, Belloubet, Pénicaud... quels sont les ministres sur la sellette ?

ÉCLAIRAGE - Le président pourrait remanier le gouvernement d'Édouard Philippe. L'occasion de lancer la "nouvelle étape" de son quinquennat.

Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur Crédit : Ludovic Marin / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Le "nouveau chemin" d'Emmanuel Macron passera-t-il par un remaniement ? Cette question devrait être tranchée par le président, après les élections municipales, entre le 28 juin et le 14 juillet. En attendant, les spéculations vont bon train sur l'ampleur du remaniement. Édouard Philippe concentre sur lui une bonne partie des interrogations

Le premier ministre a précisé qu'il comptait "bien redevenir maire dès lors (qu'il ne sera) plus Premier ministre". Et de compléter : si Emmanuel Macron pense "que je dois continuer ma mission à Matignon, j'assumerai mes responsabilités". Parmi les pressentis pour reprendre le poste de chef du gouvernement, Bruno Le Maire a assuré, sur RTL, ne pas être "intéressé" par Matignon

Et qu'en est-il pour le reste du gouvernement ? Qui est sur la sellette ? Les missions des ministères seront-elles redéfinies ?

Castaner et Belloubet en danger

Christophe Castaner est dans une position on ne peut plus délicate à quelques semaines d'un hypothétique remaniement. Le ministre de l'Intérieur subit la défiance des policiers et des gendarmes, en annonçant lors d'une conférence de presse, la fin du recours à la technique de la "clé d'étranglement". Devant les syndicalistes, le locataire de la place Beauvau a reconnu en outre "une connerie" et "une maladresse" de langage. Il est "au bout du cycle", confie une source au Journal du Dimanche.

À lire aussi
Guillaume Larrivé, député de l'Yonne, et ancien candidat à la présidence du parti Les Républicains Les Républicains
Remaniement : Guillaume Larrivé aurait "évidemment" accepté d'être au gouvernement

Ses opposants politiques prédisent aussi une fin de course avant le 14 juillet. Invité à l'antenne de RTL, Xavier Bertrand l'assure : "Il ne va pas rester" au gouvernement. Mais selon les informations de BFMTV, Christophe Castaner devrait conserver un poste au sein du gouvernement, à la tête d'un autre ministère. Un pilier de la majorité estime qu'"Emmanuel Macron a un problème : il ne sait pas se débarrasser de ses fidèles".

Nicole Belloubet pourrait connaître le même destin que le ministre de l'Intérieur. Son sort "paraît scellé", s'avance Challenges. "Tout ce qu'elle touche se transforme en plomb. Ses rapports avec les magistrats sont une catastrophe et c'est la première fois que je vois une ministre déposer un amendement au Sénat et ne recueillir aucune voix, quel désaveu !", cingle un parlementaire La République En Marche cité par le magazine. Les langues se délient au sein de la majorité. Un autre élu confie : "On ne prend pas trop de risques en disant qu'elle va partir".

Pénicaud et Borne "n'impriment pas"

Autre poids lourd du gouvernement, Muriel Pénicaud est aussi menacée à la tête du ministère du Travail. Les commentaires sont tout aussi lapidaires. "Elle est cramée", juge un cadre de la majorité dans Challenges. "Elle n’imprime pas. Et si on veut un virage social, pas sûr que ce soit elle qui l’incarne le mieux", ajoute un député dans Le Journal du Dimanche.

Même constat pour la ministre de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne. "Elle n’arrive pas à exister. Il y a un problème de communication, de fond, de réglage, alors que cette année on aurait dû faire plein de choses…", constate une source.

Riester en sursis ?

Le nom du ministre de la Culture, Franck Riester, pourrait venir s'ajouter à la liste de sortants. "Transparent", selon un cadre de la majorité. "On ne peut pas se permettre d'avoir ce genre de profil à un poste capital dont dépend également la francophonie", tranche un autre. "Lui, il va prendre une balle", parie un membre du premier cercle présidentiel dans le JDD.

Mais Franck Riester pourrait être sauvé pour une raison d'alliances politiques. À la tête d'Agir, allié de La République En Marche, sa présence au sein du gouvernement en fait une pièce maîtresse de la stratégie d'Emmanuel Macron. Il deviendrait ainsi difficilement "éjectable", souffle-t-on à BFMTV.

Christelle Dubos, secrétaire d'État rattachée au ministère de la Santé, Brune Poison à celui de la Transition écologique et solidaire et Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur pourraient aussi être sur la sellette. La secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées Geneviève Darrieussecq, elle, ne souhaite pas continuer davantage à son poste, indique BFMTV. Une information démentie par le cabinet de la ministre.

Une équation qui dépend d'Édouard Philippe

Mais toutes ces hypothèses seraient conditionnées au maintien ou non d'Édouard Philippe au poste de premier ministre. "Beaucoup de choses dépendent de son sort. S'il part, il n'y aura pas besoin d'en faire beaucoup pour incarner le changement. Mais s'il reste, il faudra revoir tout le dispositif pour véritablement marquer le passage à l'acte III du quinquennat", note un député dans Challenges.

Édouard Philippe a fait savoir qu'il privilégiera bien son poste de premier ministre à celui de maire du Havre s'il est élu le 28 juin, tout en admettant qu'il pourrait être de retour dans son fief "beaucoup plus tôt" que la fin du quinquennat, a-t-il déclaré à Paris Normandie. Le chef de l'État "sait qui je suis, ce que j'incarne, ce que je peux faire et ce que je ne peux pas faire. S'il pense que quelqu'un d'autre est plus utile, je respecterai son choix en toute loyauté", a assuré Édouard Philippe.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Remaniement ministériel Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants