1 min de lecture La République En Marche

Le Drian et d’anciens socialistes lancent une "aile gauche de la majorité"

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et d’anciens socialistes ont lancé "Territoires de progrès", un mouvement à l’aile gauche de la majorité, ce samedi 1er février.

Jean-Yves Le Drian,le 4 décembre 2018
Jean-Yves Le Drian,le 4 décembre 2018 Crédit : JOHN THYS / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

Ils se définissent comme des soutiens d'Emmanuel Macron mais ne se reconnaissent plus dans La République En Marche (LaREM). Deux ministres, celui des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et Olivier Dussopt, secrétaire d'État de l'Action et des comptes public, ont lancé, ce samedi 1er février, avec d'autres ex-socialistes "Territoires de progrès", un mouvement à l'aile gauche de la majorité, en soutien au chef de l'État. 

"Nous avons (...) une volonté commune de faire réussir ce quinquennat. La social-démocratie a déménagé, elle a quitté le PS. Elle doit se retrouver dans la majorité présidentielle", a déclaré le ministre des Affaires étrangères lors d'un discours devant les militants, dans un restaurant à Pantin en Seine-Saint-Denis.

Une soixantaine d'anciens députés, élus locaux, militants ou personnalités de la société civile y ont signé un "manifeste constitutif". "La majorité a besoin d'une aile gauche affirmée, influente et indépendante de LaREM", énonce le texte, reprenant les termes d'une tribune signée en novembre par une petite centaines d'anciens socialistes.

Les élus LaREM ne sont pas invités

Le manifeste affirme que "l'électorat de gauche qui a voté Emmanuel Macron à la présidentielle doit se retrouver pour ne pas laisser le champ libre au seul centre droit au sein de la majorité présidentielle". "Nous sommes un peuple en jachère qui ne se reconnaît pas dans LREM et qui a envie de soutenir Emmanuel Macron", résume d'ailleurs l'ancien député Gilles Savary.

À lire aussi
Une affiche de campagne d'Agnès Buzyn, le 14 mars 2020 à Paris élections municipales à Paris
Municipales à Paris : avec Buzyn, un feuilleton douloureux se poursuit pour LaREM

Le mouvement n'accueille pas d'élus de la majorité et a constaté que "la gauche est la famille politique qui a constitué les deux tiers de l'électorat de Macron", explique encore Gilles Savary, qui ajoute que "dans les années à venir, la base politique LaREM de Macron pourrait ne pas être suffisante".

Il ne s'agit pas, précise-t-il, d'être "béni-oui-oui, pour reprendre une expression de Jean-Yves Le Drian, mais de soutenir par conviction et de peser sur les réformes". Selon un sondage Elabe fin janvier, moins de deux Français sur dix reconnaissent au chef de l'État une capacité à rassembler, loin de la promesse du "en même temps" originel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Jean-Yves LE DRIAN Parti de gauche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants