3 min de lecture Gouvernement

"L'union Macron-Philippe, un mariage de raison", selon Benjamin Sportouch

ÉDITO - Entre le président et le premier ministre, l'histoire continue... Le couple a franchi l'obstacle des européennes, c'est donc reparti pour un tour.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
"L'union Macron-Philippe, un mariage de raison", selon Benjamin Sportouch Crédit Image : CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch édité par Marie-Pierre Haddad

S'il y a un homme qui a dû savourer les résultats des élections européennes, c'est bien le premier ministre Édouard Philippe... Quelques jours avant le scrutin, il y avait un peu de fébrilité à Matignon : en cas de large défaite, Philippe allait-il payer les pots cassés ? C'était la question qui agitait son entourage.

Mais tout cela c'est désormais du passé : avec la demi-défaite de dimanche soir, voilà le premier ministre ragaillardi et preuve en est : c'est lui qui va lancer l'acte 2 du quinquennat avec, on l'a appris hier, un discours de politique générale suivi d'un vote des députés comme s'il était nommé premier ministre une nouvelle fois. 

Son tandem avec Emmanuel Macron peut donc s'installer dans la durée, peut être même jusqu'à la fin du quinquennat. Finalement leur entente tenait à un fil. La pérennité du duo de l'exécutif est souvent lié à un résultat électoral. 

Édouard Philippe, un premier ministre loyal

Édouard Philippe a fait le job, le job que lui a confié Emmanuel Macron : aspirer une bonne partie des électeurs de droite. Mission accomplie donc. Mais je ne serais pas honnête, vous avez raison, si je m'arrêtais à cette raison-là. Il y a au moins deux autres explications qui laissent penser que ce pacs politique peut tenir.

À lire aussi
L'invité de RTL Soir du 20 novembre 2019 gouvernement
Réforme des retraites : "Il faut travailler plus longtemps", dit Sibeth Ndiaye sur RTL

La première, c'est que Édouard Philippe est un premier ministre loyal. C'est incontestable, c'est un parfait exécutant sans trop d'états d'âmes même s'il doit parfois avaler quelques couleuvres. Je n'ai jamais entendu un élu rapportant des propos du premier ministre dézinguant le président.
 
Très honnêtement dans le passé c'était la règle. On ne va pas rappeler ici vous et moi, ce serait bien trop long, les confidences amères et répétées d'un Manuel Valls sur François Hollande par exemple ou de François Fillon sur Nicolas Sarkozy. Que nenni entre Philippe et Macron.

Qui pour remplacer le premier ministre ?

Et la troisième raison de cette alliance Macron/Philippe ? Les deux hommes s'entendent bien. Franchement, je suis le premier à m'en étonner mais, à force de l'entendre dans la bouche de leurs entourages respectifs, il faut bien se rendre à l'évidence : sans être amis (n'exagérons rien) humainement ça colle bien entre eux.
 
Une question d'âge peut-être, de rapport assez cash - ils s'appelent beaucoup, ils se textotent - et aussi, on ne va pas se mentir, d'une ambition partagée et bien comprise : rester au pouvoir. Mais en même temps qui pourrait remplacer Édouard Philippe ?

C'est la limite essentielle, principale de ce duo, car Emmanuel Macron n'a pas l'embarras du choix pour ne pas dire que le vivier est vide, tout simplement. Prenons par exemple à gauche Jean-Yves Le Drian, outre que l'intéressé n'a pas envie de Matignon, pour Emmanuel Macron il incarne le vieux monde.

Bayrou ? Pénicaud ?

Passons au centriste François Bayrou. Si le chef de l'État écoute attentivement ses conseils, c'est la réalité, il sait très bien que Bayrou à Matignon c'est installer un éternel affranchi qui peut se transformer en redoutable rival.

Quid enfin de l'ancienne DRH Muriel Pénicaud aussi ? Ça va peut-être vous surprendre mais elle y pense. En deux ans la ministre du Travail a pris goût à la politique et elle ne dirait pas non si le poste lui était proposé. Mais elle est encore un peu verte pour un chef de l'État qui a besoin d'expérience politique à Matignon.
 
L'union Macron/Philippe, c'est donc aussi un mariage de raison. Si demain le chef de l'État lui trouve un successeur évident, naturel et surtout utile à sa réélection, cette belle camaraderie se transformera vite en un vieux souvenir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Édouard Philippe Matignon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants