3 min de lecture Rouen

Incendie de Rouen : EELV, PS, LR et RN accusent le gouvernement

ÉCLAIRAGE - Près d'une semaine après le spectaculaire incendie de l'usine chimique Lubrizol de Rouen, l'origine du feu reste à découvrir, et de nombreuses questions demeurent sur ses conséquences sanitaires et environnementales.

Un manifestant portant un masque à gaz, le 1er octobre à Rouen
Un manifestant portant un masque à gaz, le 1er octobre à Rouen Crédit : LOU BENOIST / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Une mission d'information sur l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen va être créée à l'Assemblée nationale, a-t-on appris, ce mercredi 2 octobre, d'une source parlementaire, après un accord en conférence des présidents sur ce format. 

Pour faire toute la lumière sur cet incendie dans lequel plus de 5.000 tonnes de produits chimiques ont brûlé, plusieurs députés et groupes politiques, réclamaient depuis plusieurs jours une mission d'information ou une commission d'enquête parlementaire

Depuis l'incendie, le gouvernement multiplie les propos rassurants mais sans convaincre et promet la "transparence". Les visites ministérielles se succèdent. Dernière en date, celle du premier ministre lundi soir: Édouard Philippe a assuré que les odeurs, aussi "gênantes" soient-elles, n'étaient pas "nocives", sur la foi des analyses effectuées

Les Verts prennent position

Une occasion pour l'opposition de monter au créneau pour dénoncer la mauvaise communication du gouvernement. En tête, Yannick Jadot. L'eurodéputé EELV a réclamé "la transparence absolue sur ce qui a brûlé" et la publication de la liste des produits stockés dans l'usine (chose faite depuis, ndlr), reprochant au gouvernement de "participer à l'inquiétude" des "salariés et des riverains". Delphine Batho, présidente de Génération Écologie et ex-ministre de l'Écologie, a évoqué "une faute de l'État". 

À lire aussi
Rouen, en Seine-Maritime informatique
Rouen : une attaque informatique perturbe l'activité du CHU

La gauche aussi fait entendre sa voix. Critiquant sur Public Sénat la communication du gouvernement, le premier secrétaire du PS Olivier Faure souhaite aussi savoir "quels sont les produits toxiques qui se sont enflammés, et avoir un suivi médical dans le temps" des personnes exposées.  

Lubrizol produisant des lubrifiants pour automobile, il s'agissait de substances qui entraient dans la composition d'huiles moteurs. On connaît depuis mardi la liste de ces substances et leurs quantités : 5.253 tonnes ont brûlé et la préfecture a publié 479 fiches "qui précisent les caractéristiques des produits et les risques associés" en cas de combustion. Pour près des deux tiers (62,88%, soit 3.308 tonnes), ces produits étaient des "additifs multiusages" composés à 44% d'huile minérale obtenue par raffinage de pétrole, indique un tableau communiqué par les autorités. 

La droite en embuscade

À droite, le chef de file des députés Les Républicains Christian Jacob a estimé que "rien à ce stade ne permet de dire qu'il y aurait eu des défaillances" de la part des autorités et que "le politique doit prendre des décisions à la lumière de l'éclairage des scientifiques". Le député LR Guillaume Larrivé a pour sa part critiqué sur Franceinfo "une communication qui rappelle l'URSS des années 80"

Pour la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, le gouvernement "alimente la méfiance" par sa "communication brouillonne". "Symptômes inquiétants ressentis, obligation de jeter le lait et les récoltes, mais on nous prie de croire que 'tout va bien' à Rouen ? (...) Vérité et transparence sont des exigences bien légitimes !", a-t-elle tweeté. 

Dans son édito politique, Olivier Bost explique sur RTL que "tous se défendent d’alimenter la paranoïa ambiante mais ils font bien remarquer que le gouvernement a assoupli il y a quelques mois les règles de sécurité pour les sites Seveso. L’usine Lubrizol en a profité pour augmenter ses capacités de stockage. En off, hors-micro, ils sont persuadés que l’incendie n’est que le début du scandale. Dans l’opposition, quand vous tenez un scandale, il ne faut pas le louper".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rouen Incendie Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants