1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Guerre en Ukraine : "Si on n’arrête pas Poutine, on ne connaîtra plus la paix en Europe", affirme Glucksmann
1 min de lecture

Guerre en Ukraine : "Si on n’arrête pas Poutine, on ne connaîtra plus la paix en Europe", affirme Glucksmann

Le député européen Raphaël Glucksmann a affiché sa volonté de "fermeté" envers la Russie. Il souhaite également offrir une perspective européenne au peuple ukrainien.

Raphaël Glucksmann, le 11 avril 2019
Raphaël Glucksmann, le 11 avril 2019
Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Lison Bourgeois

Raphaël Glucksmann l'affirme, il est pour une très grande "fermeté" à l'encontre de la Russie. Le député européen du groupe Place publique a demandé ce mardi 1er mars au micro de France Inter une intervention urgente pour arrêter Vladimir Poutine.

C'est urgent d'agir pour ne pas être "condamnés pour les décennies à venir à vivre dans un continent de guerres permanentes", a ajouté Raphaël Glucksmann qui a estimé : "Si on n'arrête pas Vladimir Poutine en Ukraine, nous ne connaîtrons plus la paix en Europe".

Pour le député européen, il ne doit y avoir aucune faiblesse de la part de l'Union européenne. "Chaque signe de faiblesse de l'Union européenne est une invitation à l'agression", a-t-il assuré.

La stratégie qu'il défend vise donc à sanctionner la Russie mais aussi à offrir une perspective européenne à l'Ukraine. "Aujourd'hui, à une très large majorité, nous allons voter pour octroyer à l'Ukraine le statut de pays candidat. C'est un peuple frère et nous sommes prêts à accueillir l'Ukraine dans la famille européenne", a-t-il déclaré. 

Une procédure semée d'embûches

À écouter aussi

Ce mardi 1er mars, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est exprimé devant le Parlement européen. Ce dernier souhaite adhérer "sans délai" à l'Union européenne. Un rapprochement que l'Ukraine tente de mettre en place depuis 1991 et la fin du bloc soviétique. Un effort qui s'arrête subitement en 2010, lors de l'arrivée au pouvoir du prorusse Viktor Ianoukovytch. 

Aujourd'hui, le chemin semble encore long. En 2016, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, estimait que l'adhésion de l'Ukraine ne pourrait être envisagée avant "20 ans".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/