3 min de lecture Matignon

"Gilets jaunes" : pourquoi Édouard Philippe a pris la parole dimanche soir

ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre a tenu à être présent sur le plateau du 20 Heures de France 2 dimanche 18 novembre, mais il n'avait aucune annonce particulière à faire.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
"Gilets jaunes" : pourquoi Édouard Philippe a pris la parole dimanche soir Crédit Image : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission

Mais pourquoi donc être venu à la télévision dimanche 18 novembre, au 20 Heures de France 2, pour ne rien annoncer ? La prestation du Premier ministre Édouard Philippe pour réagir hier soir à la mobilisation des "gilets jaunes", ce week-end, a été quelque peu discutée, et pas seulement sur les réseaux sociaux. "C’était un pari", m’a répondu laconiquement un ministre à qui je posais la question par téléphone juste après.

Même l’un des amis politiques d’Édouard Philippe m’a fait part spontanément de son scepticisme, en déplorant la "maladresse" de l’exécutif. "Ils n’ont pas la main. Les annonces (de la semaine dernière) étaient technos. Et là il était trop droit dans ses bottes", estime ce dernier. Choix de communication "risqué", reconnaissait encore un autre membre du gouvernement à qui j’en parlais, mais il "fallait bien le prendre, ce risque", car "difficile de ne pas s’exprimer pour dire que l’on a perçu (la colère)", ajoutait-il sans grande conviction.

Daniel Cohn-Bendit est sans doute celui qui a les mots les plus forts. "La politique c'est simple, c'est être bon au bon moment", estime-t-il dans les colonnes du Parisien - Aujourd'hui en France. Il pointe un problème de timing des annonces du gouvernement qui a, selon lui, "mal géré tout simplement".

L'ISSEP de Marion Maréchal en difficulté

Ce n’est pas encore la crise, mais l’école de Marion Maréchal à Lyon est en manque de vocations, et pas sûr que la venue de l’ancien député Jean-Frédéric Poisson dans dix jours, comme invité d’honneur, suffise à remédier à ce problème. L’ISSEP, l’école de sciences politiques fondée par Marion Maréchal et lancée au mois de juin dernier, recevra en effet le président du Parti chrétien démocrate pour une conférence à l’occasion de la sortie de son livre au titre évocateur : "l’Islam à la conquête de l’Occident".

À lire aussi
Édouard Philippe, le 8 septembre 2019 élections municipales
Municipales : Philippe ferme la porte à une candidature à Paris... mais pas au Havre

Ce mini coup de pub - après la venue d’Éric Zemmour la semaine dernière - montre que l'établissement a bien besoin de tenter d’attirer du monde, et des élèves en particulier,  si l’on en croit le magazine Challenges qui lui a consacré une enquête parue ce week-end. Ce "Sciences Po d’extrême droite", cette "école des élites conservatrices", comme la présente Marion Maréchal, peine, pour l’heure à tenir ses promesses. Il n’aurait toujours pas obtenu le statut d’établissement d’enseignement supérieur privé - la faute, notamment, aux difficultés de sa jeune patronne, un "cancre en matière de formalités administratives", peut-on lire.

"Nous avons été très surpris d’entendre Marion Maréchal répéter tout le mois d’octobre qu’elle était à la tête d’une école supérieure privée, alors que c’était juridiquement faux", a confié un haut fonctionnaire du ministère de l’Enseignement supérieur au magazine. Ils ne sont en tout était de cause qu’une quinzaine d’élèves inscrits au "magistère 1" de "Management de projets et sciences politiques".

Crise de vocation chez les maires également

À quelques jours de l’ouverture du congrès des maires, à Paris, une enquête du Cevipof a révélé, chiffres à l’appui, combien leur malaise était grandissant. Ils seraient plus d’un millier à avoir démissionné depuis leur élection en 2014 - un chiffre très en hausse comparé à la mandature précédente. Près de la moitié d’entre eux, 49%, prévoient de ne pas se représenter en 2020 - 60% chez ceux dont c’est le premier mandat. 

Cette crise des vocations touche aussi les députés marcheurs. Je vous ai quelques fois parlé de l’ennui, d’une partie d’entre eux, lié à leur grand nombre, à leur sentiment d’inutilité parfois, à leur tentation de se lancer dans un mandat local ou municipal... On estime au gouvernement que jusqu’à 30% d’entre eux pourraient ne pas avoir envie de se lancer dans de nouvelles législatives.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Matignon Gouvernement Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795623500
"Gilets jaunes" : pourquoi Édouard Philippe a pris la parole dimanche soir
"Gilets jaunes" : pourquoi Édouard Philippe a pris la parole dimanche soir
ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre a tenu à être présent sur le plateau du 20 Heures de France 2 dimanche 18 novembre, mais il n'avait aucune annonce particulière à faire.
https://www.rtl.fr/actu/politique/gilets-jaunes-pourquoi-edouard-philippe-a-pris-la-parole-dimanche-soir-7795623500
2018-11-19 08:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/_UIc-KPyzfEy-VHhDGHs1g/330v220-2/online/image/2018/1118/7795622232_le-premier-ministre-edouard-philippe-sur-le-plateau-du-20-heures-de-france-2-dimanche-18-novembre.jpg