2 min de lecture Les Républicains

Fin de vie : la loi Claeys-Leonetti est "très bien faite", pour le député LR Julien Ravier

INVITÉ RTL - Pour l'élu, la loi existante sur la fin de vie est suffisante, et le "moment est très mal choisi" pour débattre d'une nouvelle loi.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
Fin de vie... le débat volé ? Crédit Image : THOMAS SAMSON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Vincent Serrano

Ce jeudi 8 avril est débattue à l'Assemblée nationale une proposition de loi sur "une fin de vie libre et choisie". Un sujet sensible, qui divise la politique française, alors que les Pays-Bas, le Luxembourg ou plus récemment l'Espagne ont légiféré sur la question. 

Face à cette absence de règle, on estime qu'environ 300 de nos compatriotes partent en Belgique ou en Suisse pour mettre fin à leurs jours. Nathalie, touchée par la maladie de Lyme, pense à 63 ans à partir à l'étranger pour mettre fin à ses jours. Sa maladie, diagnostiquée tardivement, et qui se transforme en neuroborrélioses et touche les articulations et le système nerveux. 

"Mon quotidien, c'est souffrir toute la journée, avoir mal dans toutes les articulations, des brûlures de partou, des picotements... On ne vit plus de rien, plus de désir, plus d'envie, et de me dire 'vivement ce soir que je me couche'", déclare-t-elle au micro de RTL.

"Je ne me vois pas vivre des années comme ça"

Nathalie
Partager la citation

"Étant donné que les symptômes augmentent de jour en jour, je ne me vois pas vivre des années comme ça. Il faut que ça s'arrête, il faut que la douleur qui est insupportable, la souffrance s'arrête", poursuit-elle, émue. Nathalie a entamé un nouveau traitement, mais elle prévient : c'est le dernier. Si son état de santé ne s'améliore pas, elle ira en Suisse pour recourir à un suicide assisté. Il ne lui manquera qu'une lettre de psychologue disant qu'elle est douée de discernement pour un consentement éclairé. 

À lire aussi
fin de vie
Fin de vie : Olivier Falorni, portrait d'un député qui milite pour "l’ultime liberté"

"Ne me jugez pas", implore Nathalie. Elle vit comme un crève-cœur le fait de ne pas pouvoir avoir recours à ce suicide assisté en France, et parle de "haine" contre la situation.

"Ce n'est pas parce qu'on est contre l'euthanasie, ce qui est mon cas, qu'on est insensible à la souffrance et qu'on ne peut pas concevoir que certaines personnes puissent penser différemment que vous", soutient Julien Ravier, député LR des Bouches du Rhône, au micro de RTL. Il a déposé près de 400 amendements à la loi sur les plus de 2.000 déposés par son parti.

Le véritable problème c'est un débat philosophique

Julien Ravier, député LR des Bouches-du-Rhône
Partager la citation

Il met en avant la loi Claeys-Leonetti, "une loi très bien faite" selon lui qui "permet d'accompagner un patient atteint d'une maladie incurable dans sa fin de vie". "Le véritable problème c'est un débat philosophique sur si on veut une liberté individuelle du droit à mourir [...] ou poursuivre dans une voie de solidarité et de fraternité à l'égard des plus faibles et surtout de ne pas mettre des médecins en responsabilité de donner la mort."

Julien Ravier raconte l'histoire de sa mère, diagnostiquée à 65 ans d'une tumeur au cerveau invasive, et qui voulait alors mourir. Au lieu des 6 mois que les médecins lui donnaient à vivre, elle a vécu 5 ans, raconte-t-il. Et elle a pu être accompagnée en soins palliatifs pour sa fin de vie, et Julien Ravier est convaincu qu'elle n'a pas souffert. 

L'élu regrette aussi "un moment très mal choisi" pour faire passer cette loi, en pleine crise du coronavirus, "où les soignants se battent pour sauver les vies des plus vulnérables".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Maladie Politique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants