2 min de lecture Euthanasie

Fin de vie : euthanasie, suicide assisté, sédation... Quelle différence ?

ÉCLAIRAGE - La proposition de loi sur la fin de vie sera débattue jeudi 8 avril à l'Assemblée. Mais alors quelle différence entre l'euthanasie, le suicide assisté et la sédation ?

Euthanasie : devrions-nous pouvoir décider de notre fin de vie ?
Euthanasie : devrions-nous pouvoir décider de notre fin de vie ? Crédit : Motortion / GETTY
cassandre
Cassandre Jeannin Journaliste

Le sujet est sensible et divise depuis des années la communauté scientifique, les politiques et les Français plus généralement. Une proposition de loi sur la fin de vie sera débattue jeudi 8 avril à l'Assemblée nationale. Elle prévoit qu'une personne atteinte d'une affection incurable lui infligeant une souffrance qui ne peut être apaisée peut disposer du suicide assisté. Qu'entend-on par suicide assisté ? Quelle différence avec l'euthanasie ? Quel lien avec la sédation ? Voici ce qu'il faut savoir pour mieux comprendre les enjeux de ce débat.

En France, la fin de vie est règlementée par la loi Leonetti-Claeys du 2 février 2016. Celle-ci permet la sédation profonde mais interdit l'euthanasie ou le suicide assisté.

La sédation profonde consiste à administrer des sédatifs, des substances anti-douleurs et apaisantes, de manière "profonde et continue". Elle permet à des malades gravement atteints, dont le pronostic vital est engagé à court terme et dont la souffrance est insupportable, d'être endormis jusqu'à leur mort. Les médecins arrêtent les traitements de maintien en vie, y compris la nutrition et l'hydratation, et laissent la maladie évoluer naturellement, jusqu'à la mort du patient. On parle aussi de "laisser mourir" ou d'"euthanasie passive".

L'euthanasie

Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) définit l'euthanasie comme "un acte destiné à mettre délibérément fin à la vie d'une personne atteinte d'une maladie grave et incurable, à sa demande, afin de faire cesser une situation qu'elle juge insupportable." C'est le médecin qui fait l'injection létale, à la demande du patient. Elle est autorisée aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg, ou encore en Colombie. 

Le suicide assisté

À lire aussi
politique
Régionales : le candidat RN Julien Odoul fait polémique après une remarque sexiste

Le suicide assisté, le suicide avec assistance médicale ou encore l'assistance au suicide a beau être autorisé en Suisse et dans plusieurs États américains, il est formellement interdit en France. Selon le Comité consultatif national d'éthique, cet acte se caractérise par le fait que le patient lui-même se fait l'injection létale. Le médecin fournit seulement le produit. 

>
26. Coronavirus : comment la pandémie relance le débat sur l'euthanasie Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Euthanasie Fin de vie Loi
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants