2 min de lecture Xavier Bertrand

Enseignant assassiné : Xavier Bertrand veut la fin de l'anonymat sur internet

INVITÉ RTL - Le président de la région Hauts-de-France estime que "les réseaux sociaux sont un lieu d'impunité" et que les dirigeants de ces entreprises "n'ont pas envie de mettre de véritable frein" à la haine en ligne.

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury de Xavier Bertrand Crédit Image : Silvère Gerard / Agence 1827 | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch et Marie-Pierre Haddad

L'éventuelle implication de mouvements islamistes radicaux dans la décapitation d'un professeur d'histoire dans les Yvelines par un jeune russe tchétchène de 18 ans suscite l'inquiétude des services de renseignement et du gouvernement. La présence du militant islamiste radical Abdelhakim Sefrioui parmi les onze personnes gardées à vue dans le cadre de l'enquête ouverte sur l'assassinat de Samuel Paty est venue renforcer ces soupçons. 

"Comment il s'est radicalisé ?, s'interroge Xavier Bertrand. Ce n'est pas la mosquée, c'est l'imam Google". Lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, le président de la région Hauts-de-France a dénoncé le rôle des réseaux sociaux dans cette affaire. "C'est sur les réseaux sociaux et chez des hébergeurs que vous pouvez avoir accès aux techniques d'endoctrinement, soit d'être mis en réseaux avec d'autres personnes".

Xavier Bertrand demande ainsi l'anonymat sur les réseaux sociaux. "Les patrons des réseaux sociaux n'ont pas envie de mettre de véritable frein. Il faut que l'anonymat pour ceux qui font l'apologie du terrorisme sur les réseaux sociaux soit levé beaucoup plus vite", insiste l'ancien membre des Républicains. "Vous ouvrez un compte, vous donnez votre identité juste à l'hébergeur. S'il y a des menaces et l'apologie du terrorisme, on ne va pas mettre tant de temps que ça à fermer le compte, à condamner et poursuivre. Les réseaux sociaux sont un lieu d'impunité", ajoute-t-il. 

Si on n'accepte pas de durcir la législation, on n'arrivera pas à protéger les Français

Xavier Bertrand
Partager la citation

Concrètement, "vous avez le droit de garder votre pseudonyme, mais quand vous vous rendez coupable d'appel à la haine ou d'apologie du terrorisme, il faut que l'anonymat soit levé tout de suite", explique-t-il.

À lire aussi
Copie de Copie de Design sans titre (3) islamisme
Le Pen, Mélenchon, Bertrand : ce qu'ils proposent pour lutter contre l'islamisme

Selon l'ancien ministre de la Santé, "la France restera toujours un Etat de droit, mais il faut comprendre que si nous sommes en guerre, nous avons besoin de nous protéger. Si on n'accepte pas de durcir la législation, on n'arrivera pas à protéger les Français". Xavier Bertrand juge ainsi que "l'État a failli dans la lutte contre l'islamisme".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Xavier Bertrand Réseaux sociaux Google
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants