4 min de lecture Sénat

VIDÉO - Alexandre Benalla : une deuxième audition avec le Sénat sous tension

L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron est retourné, ce lundi, devant le Sénat qui enquête sur des dysfonctionnements que le gouvernement a lui-même qualifiés d'"incompréhensibles pour les Français".

>
Alexandre Benalla : suivez son audition devant le Sénat Crédit Image : Alain JOCARD / AFP | Durée : |
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Attendu de pied ferme. Ce lundi 21 janvier, soit quatre mois après sa première audition, Alexandre Benalla était auditionné par la commission d'enquête du Sénat. Comment a-t-il pu utiliser des passeports diplomatiques pour rencontrer des dirigeants africains, alors qu'il avait été "remercié" par l'Élysée ?

C'est là toute la question. Le 19 septembre dernier, l'ancien collaborateur de l'Élysée avait juré de leur dire toute la vérité et promis notamment qu'il avait rendu les passeports. Les révélations de l'ancien directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, ont montré le contraire. 

Les sénateurs ne pouvaient pas l’interroger sur ce point précis. Enquête judiciaire oblige. Il a été mis en examen le 18 janvier pour utilisation abusive de passeports diplomatiques.

À lire aussi
Le siège du groupe ADP, à Tremblay-en-France parlement
Privatisation d'ADP : "Les parlementaires ont réagi comme les 'gilets jaunes'", dit Mazerolle

Retrouvez l'audition d'Alexandre Benalla

15h15 - La femme d'Alexandre Benalla était-elle salariée de La République En Marche ? "Ma femme n'a pas grand chose avoir avec toute cette histoire. Donc, je n'en parlerai pas", a répondu l'ancien chargé de mission.

Le concernant, il précise n'avoir "plus de contact avec qui que ce soit à la présidence de la République depuis le 24 décembre". Alexandre Benalla  précise qu'il a utilisé 23 fois ses passeports diplomatiques "pour simplement justifier son identité" et ajoute n'avoir profité d'aucun avantage.

15h09 - Alexandre Benalla explique avoir "avisé des personnes de l'ensemble de mes déplacements à l'étranger. J'ai expliqué ce que je faisais". Qui a-t-il avisé ? Et quelles fonctions occupent-ils ? Il n'a pas souhaité répondre à ces questions ? 

"Je ne détiens aucun secret sur qui que ce soit. Je ne fais aucun chantage. On essaye d'expliquer un certain nombre de dysfonctionnements de l'état et d'erreurs de ma part. Mais il ne faut pas en déduire que ce serait du à un secret. Je n'en détiens aucun", explique-t-il.

14h52 - Alexandre Benalla a refusé de répondre à une question "concernant ces passeports car la justice s'intéresse aux conditions de délivrance et d'obtention de l'ensemble des passeports". 

Cela a donné lieu à de longs échanges entre les sénateurs et l'ancien chargé de mission à l'Élysée. Le Sénat mettant en avant le fait de ne pas entraver le travail judiciaire. Alexandre Benalla refusant à 4 reprises de répondre à cette question. "Ce n’est pas être très respectueux des institutions de ne pas répondre à une question d’une commission d’enquête", s'est agacé Philippe Bas.

14h33 - Alexandre Benalla répond aux sénateurs : "J'ai essayé de quitter Pôle Emploi le plus rapidement possible (...) Les médias me harcèlent depuis six mois, harcèlent mes proches dans le seul but de connaitre la couleur de mes chaussettes le mercredi ou le jeudi. Il faut juste , à un moment, me laisser tranquille car je travaille". 

L'ancien chargé de mission de l'Élysée affirme ne pas avoir saisi la commission de déontologie. 

Les médias me harcèlent depuis six mois

Alexandre Benalla
Partager la citation

14h16 - "Le 19 septembre, lorsque j'étais présent devant vous, sous serment, je vous ai dit ils doivent être dans mon bureau à l'Élysée et ils ont du les restituer. Je vous réaffirme solennellement, sous serment encore une fois, que le 19 septembre mes passeports étaient à l'Élysée", dit Alexandre Benalla avant d'ajouter : "Patrick Strzoda vous a affirmé que ces passeports avaient été utilisés entre le 1er et le 7 août. C'est la réalité. Je les ai restitués à la demande de la présidence de la République et du ministère des Affaires étrangères, qui m'ont adressé deux courriers ainsi qu'un email (...). J'ai restitué mes passeports, les clés de mon bureau et le badge d'accès à l'Élysée".

Il poursuit : "Je les ai restitués dans le courant du mois d'août 2018 (...) Ces passeports m'ont été rendus à nouveau début octobre 2018. Ils m'ont été restitués avec un certain nombre d'éléments personnels. On m'a fait savoir que ces passeports n'étaient pas désactivés. Sinon je n'aurais pas voyagé avec. Je reconnais une faute, un manque de discernement, une erreur. Mais je ne pense pas que ça mérite les proportions que cela a pris depuis le début de cette affaire".

 "Je vous le réaffirme solennellement, je vous ai pas menti lorsque je vous ai dit que mes passeports étaient à l'Élysée"

À lire aussi

14h14 - "Derrière la carapace, il y a un homme, sa femme, son fils. une situation personnelle et professionnelle assez troublées qui fait que j'ai commis un certain nombre d'erreurs. Erreurs que j'ai reconnues devant la justice, dit Alexandre Benalla. Je n'accepte pas le personnage qui a été construit autour de moi et qui ne reflète pas la réalité de ce que je suis". 

Et d'ajouter : "Cette pseudo affaire Benalla n'avait qu'un seul but, atteindre le chef de l'État"

14h11 - Alexandre Benalla se dit victime d'un "lynchage en règle". "On a fait de moi en six mois, un personnage sulfureux, diabolique, infréquentable. Ce sont les qualificatifs employés à mon encontre. Je pense, très modestement, avoir contribué à la construction de ce personnage de part mes propos et mon attitude qui a pu apparaître décalé", ajoute-t-il.

14h09 - Alexandre Benalla s'exprime : "Je souhaitais remettre l'ensemble de cette affaire dans le contexte qui est le sien. Elle intervient au moment de faits du 1er mai, dont on a dit beaucoup de choses (...) On m'a d'abord présenté comme le tabasseur des gentils manifestants, en tronquant la réalité d'une situation qui était assez tendue et assez confuse"

14h05 - L'audition commence par un rappel fait par Philippe Bas, président de la commission d'enquête, des questions posées lors de la précédente audition. "Nous ne refaisons pas l'audition de septembre", a-t-il précisé. 

14h03 - L'ancien collaborateur de l'Élysée avait déjà été entendu le 19 septembre par cette commission d'enquête créée cet été après sa mise en examen pour des violences sur des manifestants le 1er mai, alors qu'il est "observateur" aux côtés de la police. 

14h - Alexandre Benalla est arrivé devant les sénateurs et s'installe
13h58 - Bonjour et bienvenue dans ce live. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sénat Alexandre Benalla Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796291424
VIDÉO - Alexandre Benalla : une deuxième audition avec le Sénat sous tension
VIDÉO - Alexandre Benalla : une deuxième audition avec le Sénat sous tension
L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron est retourné, ce lundi, devant le Sénat qui enquête sur des dysfonctionnements que le gouvernement a lui-même qualifiés d'"incompréhensibles pour les Français".
https://www.rtl.fr/actu/politique/en-direct-alexandre-benalla-suivez-son-audition-devant-le-senat-7796291424
2019-01-21 13:58:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/OiHzp7b3gpXU1vQVeHlqfg/330v220-2/online/image/2019/0121/7796294027_alexandre-benalla-le-21-janvier-2019.jpg