3 min de lecture Présidentielle 2022

Emmanuel Macron : un avant-goût de programme au menu du séminaire gouvernemental

DÉCRYPTAGE - À l'occasion d'un séminaire gouvernemental organisé le 13 janvier, Emmanuel Macron va appeler les ministres à plancher sur les six prochains mois et notamment la reprise des réformes suspendues en raison du coronavirus.

Emmanuel Macron, le 11 janvier 2021
Emmanuel Macron, le 11 janvier 2021 Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Le retour du gouvernement de combat ? L'exécutif se réunit autour d'Emmanuel Macron, le mercredi 13 janvier, en séminaire, avec un objectif bien précis : organiser l'agenda "des six premiers mois de 2021". Autrement dit, préparer la dernière année du mandat du président de la République. 

Au programme : retrouver l'essence du macronisme avec la mise en place des réformes et des "grandes priorités". "Nos concitoyens attendent de nous, légitimement (...) d'en faire une année utile, c'est-à-dire une année de combat, de relance, d'ambition", a indiqué le chef de l'État.

Emmanuel Macron veut tourner la page de la crise sanitaire et des polémiques à répétition pour se consacrer à l'échéance de la présidentielle de 2022. Une tâche bien délicate tant le gouvernement semble être rappelé à cette crise, dès qu'il tente de s'avancer sur de nouveaux terrains. À cela s'ajoute les critiques qui ne faiblissent pas sur la campagne vaccinale

Continuer à maintenir le rythme des réformes

Emmanuel Macron
Partager la citation

"Je veux qu'on accélère vraiment sur les vaccins. Je ne comprends pas pourquoi on impose une consultation médicale avant, faites-moi sauter ça !", se serait, une nouvelle fois agacé le président de la République, selon Le Point. En équilibriste, Emmanuel Macron a aussi rappelé l'importance de "continuer à maintenir le rythme des réformes", rapporte Le Parisien. "L’ambition réformatrice du président est intacte. Elle se déploiera jusqu’au dernier jour du mandat", souligne l'entourage du président dans Le Monde.

Retraites, assurance-chômage et plan de relance

À lire aussi
Jean-Marie Le Pen, l'ancien président et cofondateur du Front national. politique
Présidentielle 2022 : Jean-Marie Le Pen souhaite la victoire de sa fille Marine Le Pen

Parmi les réformes suspendues par la crise du coronavirus, celle des retraites pourrait faire son retour. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire assurait le 1er décembre dernier qu'il s'agissait de la "priorité absolue", "une fois que la France aura retrouvé le chemin de la croissance". Selon le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, la réforme des retraites ne devra être engagée avant l'élection présidentielle de 2022 que si l'économie est repartie. 

Le plan de relance devrait aussi occuper le cœur des discussions lors du séminaire gouvernemental. Jean Castex y consacre d'ailleurs une partie de ses déplacements. Le 8 janvier dernier, le chef du gouvernement a donné le coup d'envoi du quatrième programme d'investissements d'avenir (PIA), doté de 20 milliards d'euros, tout en assurant que le soutien de l'État à l'économie "d'aujourd'hui", fortement éprouvée par la crise sanitaire, restait total.  

La réforme de l'assurance chômage, victime collatérale du coronavirus, avait aussi été suspendue en mars dernier. Le gouvernement risque de se heurter aux syndicats dont la CFDT qui souhaite que la réforme reparte "d'une feuille blanche". Mais la ministre du Travail, Élisabeth Borne, a de son côté assuré que "le gouvernement veut aller au bout de cette réforme de l'assurance chômage" qui "reste absolument nécessaire". 

Rebasculer sur la "jambe gauche"

La dernière année du quinquennat d'Emmanuel Macron devrait aussi être consacrée au social. Le délégué général de La République En Marche Stanislas Guerini estime, comme l'indique Le Parisien, qu'il faut "consacrer" cette année "à des points concrets, comme le rapport à l'éducation, les questions sociales pour les familles modestes, la solidarité entre générations". 

Des points qui ont été énumérés par le président de la République lors de ses vœux de fin d'année avec notamment la lutte pour la laïcité, l'égalité des chances et la lutte contre "toutes les inégalités et les discriminations". "En mettant en avant ces réformes sociales, le chef de l'Etat entend montrer que 'la jambe gauche' du macronisme n'a pas été oubliée face à 'la jambe droite', dominante cet automne avec l'accent mis sur les projets de loi contre le séparatisme islamiste et pour la sécurité globale", souligne l'AFP. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2022 La République En Marche
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants