3 min de lecture Emmanuel Macron

Emmanuel Macron "n'a pas d'opposition crédible, mais il est seul", analyse Olivier Mazerolle

Grèves à Air France et à la SNCF, manifestations dans les rues de Paris, "fête à Macron"... La grogne monte en France, même si Emmanuel Macron n'a pas l'air de douter.

Olivier Mazerolle L'Edito d'Olivier Mazerolle Olivier Mazerolle
>
Emmanuel Macron "n'a pas d'opposition crédible, mais il est seul", analyse Olivier Mazerolle Crédit Image : Blondet Eliot-POOL/SIPA | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

Grèves à Air France et à la SNCF, manifestations dans les rues de Paris... La grogne monte. Et pourtant, Emmanuel Macron n'a pas l'air de douterCe qu'il vient de se passer à Air France est un avertissement sérieux qui risque de booster le mouvement de grève ailleurs, comme à la SNCF par exemple.

Alors si Emmanuel Macron éprouve le moindre doute, il a raison de ne pas le montrer. En revanche, il aurait tort de ne pas tenir compte de la multiplication de ces indices. Et encore une fois, de l'avertissement que les salariés d'Air France viennent d'envoyer et qui peut susciter des vocations.

Un an après son élection, Emmanuel Macron n'est pas populaireLe sondage BVA révélé ce matin montre que quatre Français sur dix restent dans l'expectative à son égard. Plus grave encore, ils sont presque le même nombre à se montrer hostiles à sa politique. Et ils sont seulement deux sur dix à se montrer convaincus.

À lire aussi
Emmanuel Macron, le 2 avril 2019 Emmanuel Macron
Emmanuel Macron : sa conférence de presse va-t-elle rassembler la majorité ?

Emmanuel Macron bénéficie encore de l'espoir que son élection à suscité, mais sa présidence est sur le fil du rasoir. Tout peut basculer dans un sens ou dans un autre.

La grogne, aussi dans les universités

Et dans les facs, 50 ans après Mai 68, on voit que l'évacuation des universités par les forces de l'ordre, ne suscite pas de grosse protestation. C'est significatif. Parce que même si la majorité reste dans l'expectative, un certain nombre de ces décisions semble de bon sens. Qui peut donner raison à un mouvement de blocage des universités par des étudiants ultra-minoritaires, qui empêchent les autres étudiants très majoritaires de passer leurs examens dans de bonnes conditions ?

Qui peut prétendre que la SNCF ne nécessite pas une révision sérieuse de son mode de fonctionnement ? Mais autant l'autorité d'Emmanuel Macron en impose, autant sa manière de procéder, il va systématiquement à la confrontation avec les Français qu'il rencontre sans donner le sentiment de les écouter, indispose. Et surtout, on ne sait pas quel type de société il propose d'édifier.

Il veut moderniser le pays ? La modernité, telle qu'il la voit, c'est l'épanouissement de l'individu. Mais en renonçant aux spécificités françaises, à la mode britanno-américaine ? Ce n'est pas clair. Les premières mesures prises favorisent l'initiative individuelle, la France en avait besoin.

Une présidence sur le fil du rasoir

Mais jusqu'où veut-il faire aller le balancier ? C'est l'interrogation. Ceux qui le soutiennent se recrutent plutôt du côté des cadres, des nantis et de l'électorat de droite. Cela dit clairement le ressenti des Français. Pourtant, certaines mesures sont prises à l'inverse. Mais ce qu'il reste dans l'imagination globale, c'est la baisse des APLl'augmentation de la CSG, la réforme de l'ISF...

Il met en route, Emmanuel Macron, une révolution dans la formation et dans l'apprentissage, mais les résultats vont être longs à venir. Pendant que le monde entier observe que la France est en train de changer, les Français eux, n'en voient pas le résultat. Emmanuel Macron paie le prix de son succès, il a balayé tout le monde, pour l'instant, il n'a pas d'opposition crédible, mais il est seul.

Il doit régler beaucoup de choses qui sont restées en déshérence, il doit veiller à la solidarité, à l'efficacité économique, à l'unité nationale dans les banlieues, dans la ruralité, dans les territoires d'Outre-mer, prouver l'efficacité de l'État, remettre sur pied un pays qui reste divisé et il n'a pas cherché à avoir des alliés. S'il veut continuer à avoir raison tout seul, la suite de la présidence peut s'avérer très compliquée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron Gouvernement Réformes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793267463
Emmanuel Macron "n'a pas d'opposition crédible, mais il est seul", analyse Olivier Mazerolle
Emmanuel Macron "n'a pas d'opposition crédible, mais il est seul", analyse Olivier Mazerolle
Grèves à Air France et à la SNCF, manifestations dans les rues de Paris, "fête à Macron"... La grogne monte en France, même si Emmanuel Macron n'a pas l'air de douter.
https://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-n-a-pas-d-opposition-credible-mais-il-est-seul-analyse-olivier-mazerolle-7793267463
2018-05-04 19:29:49
https://cdn-media.rtl.fr/cache/1Cwc4kcH92gIeDOGjkZW8w/330v220-2/online/image/2018/0424/7793137642_emmanuel-macron-aux-etats-unis-le-23-avril-2018.jpg