4 min de lecture La République En Marche

Emmanuel Macron : LaREM, l'épine dans le pied du président ?

DÉCRYPTAGE - Les crises se multiplient à La République En Marche, depuis la démission de son numéro 2 de la direction du mouvement. L'aboutissement de tensions qui persistent depuis le début du quinquennat de Macron et qui pourraient lui compliquer la tâche pour 2022.

Emmanuel Macron s'exprimait ce lundi 14 septembre devant une centaine d'entrepreneurs et entrepreneuses de la "French Tech".
Emmanuel Macron s'exprimait ce lundi 14 septembre devant une centaine d'entrepreneurs et entrepreneuses de la "French Tech". Crédit : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Candidat à l'élection présidentielle en 2017, Emmanuel Macron avait donné ses initiales à En Marche. Un mouvement politique, à l'image du projet vanté par celui qui l'incarnait, ni de gauche ni de droite et refusant de s'inscrire dans l'ancien monde. Objectif : le porter à l'Élysée. Mission accomplie. 

Mais depuis, c'est une lente désillusion qui anime certains "marcheurs". À l'image de Pierre Person. Numéro 2 du mouvement, il a décidé de démissionner de la direction. Dans un entretien au Monde, l'ancien strausskhanien dépeint un parti qui est "resté dans sa logique de 2017", incapable de produire "des idées nouvelles".

Ce spleen touche le parti et aussi le groupe à l'Assemblée. À deux ans de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron cherche à reconstruire le mouvement qui, départ après départ, ne cesse de s'enfoncer vers l'inconnu. 

Échecs électoraux et colonne vertébrale à définir

La crise sanitaire a agi comme un révélateur des multiples crises au sein de La République En Marche. Après l'échec du parti présidentiel aux élections municipales, LaREM doit essuyer une nouvelle débâcle électorale. Aucun candidat ne s'est qualifié pour le second tour lors des six législatives partielles, dont le premier tour a été organisé le 20 septembre.

À lire aussi
régions
Régionales en Occitanie : le RN en embuscade face au front républicain


LaREM ne remettait en jeu qu'un seul siège, dans la 11e circonscription des Yvelines, où Nadia Hai, nommée ministre déléguée à la Ville, avait démissionné. Elle a ainsi provoqué une élection partielle pour empêcher son suppléant, mis en examen pour trafic de stupéfiants, de siéger. "Pari perdant pour le parti majoritaire puisque son candidat finit troisième en divisant par deux le score de la ministre au premier tour en 2017", indique l'AFP

Cap sur les élections régionales de 2021 désormais. Mais avant la direction du parti doit régler ses querelles internes. Le départ de Pierre Person a provoqué de nombreuses secousses au sein du mouvement. Stanislas Guerini a proposé que le renouvellement des membres du Bureau exécutif, initialement prévu en novembre, soit reporté après les élections régionales, au printemps. La députée Aurore Bergé, représentante de la branche droite et souhaitant le maintien du Bureau exécutif, a alors annoncé sa démission de la direction

En Marche est une coquille vide

Olivier Bost, éditorialiste à RTL
Partager la citation

Selon Olivier Bost, éditorialiste à RTL, "Emmanuel Macron a besoin d’une coalition. En Marche est une coquille vide. Adhérez n’y coûte rien, mais ne vous donne aucun droit non plus. Il n’y a jamais aucun vote interne sur les choix stratégiques et politiques, que ce soit au niveau national ou local. Résultat : personne ne s’engage pour En Marche qui n’amène ni énergie ni idées".

La Covid-19 et des tensions supplémentaires

La crise du coronavirus a conduit Emmanuel Macron à changer de gouvernement et à nommer Jean Castex à Matignon. Ancien sarkozyste, le premier ministre pourrait avoir malgré lui accélérer la dislocation de La République En Marche. Le successeur d'Édouard Philippe marque le tournant à droite du quinquennat d'Emmanuel Macron

"Le dépassement, ce n’est pas l’effacement. La promesse originelle était de dépasser les clivages, pas d’effacer nos différences. En ce sens, notre unité ne doit pas se résumer à l’unanimité ou à une synthèse molle", déplore le cofondateur des Jeunes avec Macron.

À cela s'ajoute une autre critique, déjà évoquée par l'opposition : La République En Marche "doit avoir sa propre raison d’être", "sans porter uniquement en 'copier-coller' le message du gouvernement". Sous le feu des critiques sur la gestion de la Covid-19, Stanislas Guerini a reconnu des "erreurs de communication". Selon Quotidien, le patron de LaREM a déclaré : "Avec le recul, on sait qu'on aurait dû dire plus simplement qu'il n'y en avait pas assez, et que c'était la raison principale de les réserver à la première ligne de front".

Le désintérêt d'Emmanuel Macron

À l'Assemblée, le groupe LaREM n'est pas épargné par les turbulences. Plusieurs franges s'affrontent avec l'aile droite et en même temps l'aile gauche qui composent le mouvement.  Dans l'hémicycle, "le parti d’Emmanuel Macron a perdu sa majorité absolue et risque de continuer de se faire grignoter par ses 'amis'. Même le MoDem de François Bayrou récupère des députés qui quittent En Marche, un comble. L’idée d’une coalition est donc aussi l’aveu d’une faiblesse", note Olivier Bost.

"Ce malaise" et "ces frictions" sont "le résultat d’un très grand désintérêt d’Emmanuel Macron pour tout ça. Et pour faire de la politique en dehors de l’Élysée, ajoute-t-il. Ce délitement de la majorité ne le préoccupe pas, racontent plusieurs de ses proches. Les partis ne l’intéressent pas. La grande alliance qu’il veut créer avec le MoDem et d’autres n’est qu’un mécano". 

Un choix compréhensible au regard du parcours du président de la République. "Emmanuel Macron n’a pas de parcours militant ou d’élu local. Rien de tout ça ne lui a été utile pour devenir président de la République. Son pari, son unique pari : que ce sera la même chose en 2022", explique Olivier Bost. Mais attention à ne pas faire de son parti, la défaite de son quinquennat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants