2 min de lecture Grève

Emmanuel Macron a-t-il une stratégie pour la grève du 5 décembre ?

ÉDITO - Le gouvernement craint un risque d'accumulation et de convergence des luttes à l'approche de la grève SNCF et RATP du 5 décembre prochain.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Emmanuel Macron a-t-il une stratégie pour la grève du 5 décembre ? Crédit Image : Yoan VALAT / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Marie-Pierre Haddad

Le gouvernement a-t-il la trouille des mouvements sociaux qui s’annoncent ? Et notamment de la grève dans les transports à partir du 5 décembre ? La question se pose parce des petits signes s'accumulent. Ils sont plus ou moins inquiétants.

L’ambiance sociale, l’atmosphère est très difficile à sonder. C’est parfois quelques signaux qui doivent alerter. L’an dernier, avant l’éclatement de la crise des "gilets jaunes", Emmanuel Macron aurait pu les voir. Lorsqu’il avait fait son itinérance mémorielle pour la grande guerre, dans le nord de la France, il a entendu la colère s’exprimer. Mais il ne l’a pas écoutée. 

C’est pour éviter cette erreur que le gouvernement est à l’affût ces derniers temps du moindre petit départ de contestation. Chaque ministre, que nous rencontrons ces derniers temps, raconte son niveau de vigilance.

La crainte d'une convergence des luttes

Croient-ils à une coagulation et à "une convergence des luttes" ? Ce n’est pas tant le risque de coagulation, que celui de l’accumulation. Rien ne relit dans l’actualité des faits ici et là mais leur addition alourdit l’atmosphère. 

À lire aussi
Muriel Pénicaud, à l'Assemblée nationale, le 24 mars 2020 coronavirus
Coronavirus et préavis de grève : Pénicaud "ne comprend pas l'attitude de la CGT"

Regardez ce qui est en train de se passer sur les manifestations d’étudiants, l’extrême gauche tente de lancer un mouvement d’ampleur. Ça peut prendre parce que ça s’appuie sur un vrai problème de fond, la précarité matérielle des étudiants. Plus l’atmosphère est lourde, plus c’est difficile d’avancer pour l’exécutif.

C’est pour ça que les ministres déminent le moindre risque dès qu’il apparaît. Je vous donne un seul exemple : la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a prévu d’autoriser l’ouverture de tous les commerces d’alimentation jusqu’à minuit. C’est difficilement un progrès pour les salariés. Ce devait-être scellé ce mercredi 13 novembre en Conseil des ministres. Voyant le sujet prendre de l’importance, elle a promis six  mois de concertation. Le recul est rapide.

Hubris ou humilité ?

Mais comment était-il venu à l’idée du gouvernement de présenter un tel projet en ce moment ? Bonne question... A la veille d’un mouvement dans les hôpitaux, avant ceux de la SNCF et de la RATP, et avec entre les deux l’anniversaire des "gilets jaunes"… dans l’ambiance sociale actuelle, c’est assez étonnant.

C’est comme la semaine dernière de cafouillages sur la réforme des retraites. Ce n'était pas tout à fait dans le tempo. Une fine observatrice du pouvoir apporte une explication. Si les ministres sont hyper-prudents, c’est qu’ils n’arrivent pas à suivre le Président. "Emmanuel Macron, explique-t-elle, alterne entre hubris et humilité"

Nous sommes tétanisés par un manque d’autonomie terrible, tout remonte à Macron

Un ministre d'Emmanuel Macron
Partager la citation

Hubris, c’est la toute puissance, la volonté de vouloir affronter la réforme à bras le corps, d’aller à la confrontation. L’humilité, c’est cette envie de faire accepter les choses, de négocier, d’être prêt à reculer si besoin. Les ministres ne savent jamais si Emmanuel Macron est hubris ou l’humilité. 

Ce que l’un d’eux, un ministre important, nous a décrit ainsi : "Nous sommes tétanisés par un manque d’autonomie terrible, tout remonte à lui. Emmanuel Macron continue de penser qu’il peut tout gérer, tout seul". C’est bien l’un des membres du gouvernement qui parle comme ça !

Et alors pour le 5 décembre, pour la grande grève, ce sera hubris ou humilité ? Personne n’en sait absolument rien !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève Grève SNCF
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants