3 min de lecture Élections européennes

Élections européennes : "Une campagne à quitte ou double" pour Macron, estime Alba Ventura

ÉDITO - La liste La République En Marche est loin d’être au top à 20 jours des élections. Le président de la République va descendre dans l’arène et d'ailleurs, il n'a pas le choix.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Européennes : "Une campagne à quitte ou double" pour Macron, estime Alba Ventura Crédit Image : ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Marie-Pierre Haddad

Ca patine pour la liste macroniste à trois semaines des élections européennes. Selon notre dernier baromètre Harris Interactive, il n'y a qu'un demi point d'écart entre la liste La République En Marche et la liste du Rassemblement national. Pourquoi est-ce aussi laborieux ?

Bon d’abord une parenthèse sur les sondages qui sont très difficiles à interpréter. On sait que la liste macroniste et la liste de Marine Le Pen sont au coude-à-coude mais ½ point d’écart, en faveur des macronistes dans notre sondage, ça ne dit pas de quel côté va pencher la balance dans 3 semaines.

Et puis, on sait très bien qu’aux européennes, les électeurs se décident très tard. Ils changent d’avis au dernier moment. C’est déjà très volatil en temps normal, mais sur les européennes, ça l’est encore plus. Le choix se fait dans les tous derniers jours, voire le jour du vote.

Se retrousser les manches

Alors maintenant, pourquoi la mayonnaise ne prend pas du côté de la liste La République En Marche ? Il y a nettement un manque de charisme de la part de la candidate Nathalie Loiseau, même si elle est solide sur le fond. Mais elle a du mal à imprimer. Elle a fait quelques bévues qui l’ont affaiblie. Le numéro 2 de la liste, Pascal Canfin, l’écolo de la bande est inexistant !

À lire aussi
Marion Maréchal, le 22 février 2018 Rassemblement national
RN : Marion Maréchal voit "une opportunité" dans "l'effondrement de LR"

Il ne faut pas négliger que la polémique Castaner a pris beaucoup d’espace et que cela rejaillit sur la campagne et que cela donne l’occasion à l’opposition de donner de la voix sur le thème du référendum anti-macron.

Qu'est-ce qu'en conclut Emmanuel Macron ? Il en conclut qu’il va se retrousser les manches dans les dernières semaines, un peu à la Sarkozy : "Si je ne le fais pas moi-même... !" Même s’il a fait comprendre à tout son gouvernement qu’il voulait les voir sur le terrain, à commencer par le premier ministre qui sera ce soir en meeting à Caen.

Un enjeu européen mais aussi plus politique

Emmanuel Macron lui-même ira sur le terrain. Il y a de fortes chances pour qu'il participe très vite à un meeting lui aussi. Il a l’intention de s’impliquer. Mais ça l'expose ? Oui mais il a besoin de s’exposer, il a besoin d’arracher ce scrutin pour deux raisons. Il en a besoin sur le plan européen. Souvenez-vous qu’il avait promis un leadership européen après son élection.

On voit bien que la CDU d’Angela Merkel est sceptique, que les partenaires européens les plus progressistes n’adhèrent pas encore totalement à ses propositions. Il en a besoin sur le plan franco-français, sur un plan plus politique : c’est la première élection après la présidentielle et les législatives. S’il est battu, (même si c’est symbolique), si le parti de Marine Le Pen est devant lui, ce sera un échec, un signal dévastateur.

La stratégie du président c’est que l’Europe et la France ont des destins liés

Alba Ventura
Partager la citation

Les deux sujets sont imbriqués. À l’Élysée, on est d’ailleurs bien conscient que les partis populistes vont jouer sur le thème des frontières, de l’immigration, de la sécurité. Mais la stratégie du président c’est que l’Europe et la France ont des destins liés et que ça doit aussi se jouer sur l’économique et le social.

Autrement dit, s’il n’y a pas de projet européen, les annonces à 17 milliards du président seront plus difficiles à mettre en œuvre. Un conseiller du président résume l’affaire en disant : ce scrutin c’est stop ou encore. C’est ce qu’on appelle une campagne à quitte ou double. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections européennes Emmanuel Macron La République En Marche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797569339
Élections européennes : "Une campagne à quitte ou double" pour Macron, estime Alba Ventura
Élections européennes : "Une campagne à quitte ou double" pour Macron, estime Alba Ventura
ÉDITO - La liste La République En Marche est loin d’être au top à 20 jours des élections. Le président de la République va descendre dans l’arène et d'ailleurs, il n'a pas le choix.
https://www.rtl.fr/actu/politique/elections-europeennes-une-campagne-a-quitte-ou-double-pour-macron-estime-alba-ventura-7797569339
2019-05-06 07:42:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gC_CpPh8qlRbmQP14Se0JA/330v220-2/online/image/2019/0426/7797510380_emmanuel-macron-lors-de-sa-conference-de-presse-du-25-avril-2019.jpg