1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Nouveau gouvernement : une attente aux allures de bénédiction
2 min de lecture

ÉDITO - Nouveau gouvernement : une attente aux allures de bénédiction

Ces quelques jours sans gouvernement ont notamment permis à l'exécutif de vérifier plus longuement le patrimoine et les impôts des futurs ministres. Une manière d'éviter tout scandale.

Emmanuel Macron et Elisabeth Borne.
Emmanuel Macron et Elisabeth Borne.
Crédit : Ludovic Marin / POOL / AFP
William Galibert

L'information est confirmée. Le nouveau gouvernement sera annoncé ce vendredi 20 mai après-midi. Le premier Conseil des ministres aura lieu le lundi suivant. Remarque, néanmoins, qu'avec quatre jours sans ministres autour d'Élisabeth Borne, aucune manifestation n'a eu lieu. Personne n'est venu la supplier de nommer de toute urgence un nouveau secrétaire d'État aux Transports.


À part ceux qui espèrent entrer dans ce gouvernement et qui n’ont plus d’ongles à ronger, à part les journalistes politiques et les rédactions qui n’ont rien non plus à se mettre sous la dent. Savoir si c’est pour aujourd’hui, pour demain ou pour lundi n'émouvait pas grand monde. Si j’osais, je dirais même que ces quelques jours de temps suspendu sont à prendre comme une bénédiction.


Quatre jours sans polémique lancée par un ministre le matin à la radio, ça fait du bien parfois. Un peu plus sérieusement, cela laisse le temps à l’autorité pour la transparence de fouiller le patrimoine et les impôts des futurs nommés, si ça permet d’éviter quelques scandales, alors ça vaut le coup d’attendre un peu.

Les prochains rendez-vous politiques prévus en juin

Ensuite, la première loi "pouvoir d’achat" du futur gouvernement Borne sera votée après les législatives, donc aucune urgence, et d’ailleurs on en connait déjà quasiment le contenu…
Quant aux réformes majeures, comme celle des retraites, elles feront l’objet de grandes concertations qui dureront des mois : bref on n’est pas à une semaine près.

À écouter aussi

Emmanuel Macron et Elisabeth Borne n'ont pour autant pas fait exprès d'entretenir le suspense aussi longtemps. Un gouvernement, c’est une sacrée prise de tête : la parité, les alliés à satisfaire, l’équilibre politique, géographique, les anciens, les nouveaux... Lorsque l'on enlève une seule brique, parfois c’est tout le mur qui s’écroule, il faut tout recommencer depuis le début. Le tout avec un chef d’État qui aime bien trancher et tout changer à la dernière seconde. Cette attente, c’est un peu aussi le résultat de cette manie présidentielle.

Sans gouvernement, l'économie ne s'effondre pas

Et, en plus, cela a permis de détourner l’attention du programme de ses adversaires, mais il faut quand même relativiser cette attente, la France est (très) loin du record d'un pays sans gouvernement. Celui-ci est encore détenu par la Belgique, 653 jours entre 2019 et 2020. Dix ans avant toujours en Belgique, c’était 589 jours. Presque deux ans sans gouvernement constitué. 

Aux Pays-Bas, en 2021, cela a duré neuf mois. Devinez quoi ? Dans ces pays, les économies et les marchés ne se sont pas effondrés, la vie a continué. Le patron des patrons belges résumait ainsi la chose : "Même quand il n’y a pas de pilote, l’avion vole". Nous n'avons plus que quelques heures d'attente donc on se relaxe, on incline le siège, et on attend tranquillement l’atterrissage.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/