1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Emmanuel Macron et le quignon de pain
2 min de lecture

ÉDITO - Emmanuel Macron et le quignon de pain

Le prix de la baguette de pain augmente partout en France. On vous en a longuement expliqué les raisons sur l’antenne de RTL, mais ce n’est pas juste une histoire de blé vendu plus cher, ça peut aussi se transformer en boulet politique pour le Président.

Le président Emmanuel Macron à l'ambassade de France au Vatican à Rome le 29 octobre 2021.
Le président Emmanuel Macron à l'ambassade de France au Vatican à Rome le 29 octobre 2021.
Crédit : Brendan Smialowski / AFP
L'Edito Politique du 02 novembre 2021
00:02:47
L'Edito Politique du 02 novembre 2021
00:02:47
William Galibert

Quoi de plus français que la baguette ? Tout le monde sait comment il l’aime, pas trop cuite ou bien croustillante, tout le monde sait s’il préfère dire quignon ou croûton avant de mordre dedans. La baguette c’est un totem, c’est un symbole universel pour nous représenter dans le monde entier. elle est même candidate de la France pour entrer au patrimoine mondial de l’UNESCO !

Alors certes Emmanuel Macron n’est pas responsable de l’augmentation mais c’est lui qui risque d’en payer les conséquences !

Combien la tradition en bas de chez vous ? 1,20 euros / 1,30 euros maintenant parfois… et des augmentations rarement en dessous de 10 centimes. Oui c’est vrai c’est beaucoup moins douloureux qu’une facture de gaz ou qu’un plein d’essence, mais ça se voit, et là ça se voit tous les jours.

Parce que ces centimes en plus, on les sort littéralement de sa poche pour les mettre sur le comptoir de la boulangerie. D’autant que notre chère baguette, contrairement aux idées reçues, n’a pas augmenté beaucoup plus vite que le reste ces dernières années.

À écouter aussi

En moyenne d’après l’INSEE, plus 23 centimes en 20 ans, c’est à peu près comme l’inflation, alors 10 centimes d’un seul coup, oui ça se voit beaucoup.

Pression sur le pouvoir d'achat

Ça s’entend, et ça se lit aussi. Au service courrier et au standard de l’Elysée, mais également sur les forums et les groupes Facebook. C’est comme ça que les conseillers du pouvoir prennent la température et en ce moment avoue l’un d’eux, ça chauffe toujours sur le pouvoir d’achat !
 
Attendez, les Français ne vont pas sanctionner le Président juste pour quelques centimes sur la baguette. C’est ce que veut encore croire un ministre qui a fait le calcul devant nous… il a pris 3 baguettes par semaine, c’est un peu plus d’1 euro par mois, à peu près 15 euros par an d’augmentation. D’après lui, pas de quoi être inquiet, les Français savent faire la part des choses.

Mais d’autres dans la majorité, sont plus pessimistes, craignent que le chèque de 100 euros, l’indemnité inflation, ne soit vite dépensé, vite oublié, tout comme les bons chiffres du chômage ou de la croissance et que l’image d’Emmanuel Macron président du pouvoir d’achat ne finisse en miettes.

Parce que pendant ce temps-là, c’est déjà la foire aux promesses, Marine Le Pen assure qu’elle rendra 200 euros par mois aux ménages, Xavier Bertrand annonce qu’avec lui, aucun salarié ne sera en dessous de 1.500 euros net.

Enquête après enquête, c’est leur portefeuille que les Français regardent avant tout… alors dans ce début de campagne, on continue à beaucoup parler de sécurité, de souveraineté, d’immigration. Mais à la fin, c’est bien une histoire de quignon de pain, qui pourrait faire la différence.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/