1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. DIAPORAMA - Législatives : qui sont les ministres en quête d'une circonscription ?
2 min de lecture

DIAPORAMA - Législatives : qui sont les ministres en quête d'une circonscription ?

À quelques mois des élections législatives, plusieurs ministres cherchent à s'implanter localement. Objectif : exister politiquement et ainsi prétendre à des postes importants en cas de réélection d'Emmanuel Macron.

  • Le ministre de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer à Paris, le 20 janvier 2022.
    Le ministre de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer à Paris, le 20 janvier 2022.
    Crédits : CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
  • Marlène Schiappa (illustration)
    Marlène Schiappa (illustration)
    Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP
  • La ministre du Travail Élisabeth Borne à l'Assemblée nationale, le 24 novembre 2020 à Paris
    La ministre du Travail Élisabeth Borne à l'Assemblée nationale, le 24 novembre 2020 à Paris
    Crédits : Anne-Christine POUJOULAT / AFP
  • Roxana Maracineanu à Paris le 13 décembre 2021
    Roxana Maracineanu à Paris le 13 décembre 2021
    Crédits : ALAIN JOCARD / AFP
  • La ministre déléguée chargée du Logement Emmanuelle Wargon
    La ministre déléguée chargée du Logement Emmanuelle Wargon
    Crédits : Ludovic Marin / AFP
  • La ministre déléguée en charge de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher pendant une session de Questions au gouvernement le 26/01/2021
    La ministre déléguée en charge de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher pendant une session de Questions au gouvernement le 26/01/2021
    Crédits : BERTRAND GUAY / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

"Ministres cherchent circonscription législative pour muscler poids politique, pas sérieux s'abstenir." Les petites annonces se multiplient dans l'entourage du Président.  À l'approche des échéances électorales, plusieurs membres du gouvernement parient sur un ancrage local afin de survivre politiquement.

"Ils pensent tous que pour être dans un nouveau gouvernement, il faut en passer par les législatives", constate une conseillère de l'exécutif, alors que le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, ou le ministre des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, peinent à dissimuler leur amusement - ou agacement - à voir défiler les ministres dans leur bureau pour se renseigner sur une "circo".

Premier casse-tête, Jean-Michel Blanquer, qui lorgne les Yvelines dans la circonscription de Poissy, à supposer que la sortante LaREM ne se représente pas. "Ou alors il prend son risque", souffle une bonne connaisseuse du département en évoquant la circonscription de Conflans-Sainte-Honorine, tenue par Michèle de Vaucouleurs (MoDem), "avec qui il pourrait faire un ticket s'il estime qu'il sera nommé à nouveau au gouvernement". Le ministre de l'Education nationale pourrait également se présenter contre Aurélien Taché (Val-d'Oise) ou Frédérique Dumas (Hauts-de-Seine), deux anciens marcheurs qui ont quitté la majorité en cours de mandat. 

La course à la "circo"

Quant à la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, son entourage "dément formellement" toute velléité d'implantation en Corse ou de retour en Sarthe. Il rappelle qu'elle est "la seule élue locale parisienne du gouvernement", elle n'a donc "nullement besoin d'un ancrage électoral : elle en a déjà un", souligne-t-on encore.

La ministre du Logement, Emmauelle Wargon, cherche quant à elle toujours un point de chute dans son département du Val-de-Marne alors que sa collègue à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher cherche à s'implanter à Lens (Pas-de-Calais). Elisabeth Borne, quant à elle, est en passe d'accepter la proposition du député LaREM Alain Tourret de reprendre sa circonscription de Vire (Calvados). 

La secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, doit pour sa part être candidate à Annecy, après que celle qui fut élue en 2017, Frédérique Lardet, a lâché son siège de députée LaREM pour diriger la métropole haut-savoyarde. Enfin, la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, visait la circonscription de Clamart (Hauts-de-Seine) détenue par Jean-Louis Bourlanges, mais le député du Modem devrait finalement se représenter.

De la place pour tout le monde ?

Certes, les ministres Olivier Dussopt, Joël Giraud voire Nadia Hai, ainsi que vingt à trente députés de la majorité n'entendent pas se représenter, libérant autant de sièges. Mais la réserve semble insuffisante puisque les partenaires de l'actuelle majorité, des troupes d'Edouard Philippe aux sociaux-démocrates de Territoires de progrès, en passant par le Parti radical, entendent eux-aussi réclamer leur part de circonscriptions.

Pire : certains conseillers ministériels souhaitent également leur ticket "car ils y voient une forme de continuité dans le parcours", reconnaît un familier du pouvoir. "De toute façon, c'est comme pour tout", sourit un cadre macroniste : "A la fin, c'est le président de la République qui décidera".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.