1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : un an de Covid, un an d'incertitude, déception et de lassitude
2 min de lecture

Coronavirus : un an de Covid, un an d'incertitude, déception et de lassitude

ÉDITO - En un an de Covid - et autant d’incertitudes - il n’y a qu’une seule règle qui s’impose : il ne faut jamais fixer une date ou un objectif que l’on ne peut pas tenir.

Olivier Véran lors d'une conférence de presse le jeudi 11 mars à Paris
Olivier Véran lors d'une conférence de presse le jeudi 11 mars à Paris
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Coronavirus : un an de Covid, un an d'incertitude, déception et de lassitude
02:58
Coronavirus : un an de Covid, un an d'incertitude, déception et de lassitude
02:58
Olivier Bost - édité par Marie Zafimehy

En matière de communication, il n’y a qu’une seule règle qui vaut : ne jamais fixer de date, de rendez-vous, que l’on ne peut tenir. C’est un conseiller qui a vécu la crise aux premières loges qui m’a rappelé ce principe. Ne jamais fixer d’objectifs chiffrés qui seront contredits par la suite. Et ce principe, assez simple et assez commode, n’a pas été franchement appliqué. Et ne l’est toujours pas depuis que nous faisons face à l’épidémie de Covid.

Le tout dernier exemple, c’est pour la vaccination. Plusieurs fois, le gouvernement a donné des objectifs chiffrés très précis. Jean Castex, le Premier ministre, avait promis 14 millions de vaccinés fin mars mais comme il l’a avoué ce week-end, "les labos nous font quelques misères"... Résultat : l’objectif a été revu à la baisse, à 10 millions, mi-avril. Finalement, pour les vacances d’été, 1 Français sur 2 sera vacciné quand Olivier Véran avait promis 43 millions de piqûres. 

La situation semble toujours instable, prête à basculer

Olivier Bost

Ne jamais donner d’objectif chiffré, je vous le disais, sinon c’est la meilleure façon d’être rattrapé par ses promesses. C’est même toute l’histoire de la gestion de cette pandémie. Il faut tenir une semaine, 15 jours, 6 semaines. Plusieurs fois, Emmanuel Macron a fixé des rendez-vous qui ont été repoussés à plus tard. 

Mais il s’agit de nous donner une perspective, un peu d’espoir. Mais que d’espoirs déçus !
Ce qui alimente cet effet de lassitude que nous ressentons tous... La situation semble toujours instable, prête à basculer. 

À lire aussi

C’est ce qui arrive pour la région Île-de-France… 12 millions d’habitants sont suspendus à un nouveau chiffre, fixé hier soir par Jean Castex. Si la région dépasse les 400 cas positifs pour 100.000 habitants, alors, l’Île-de-France sera confinée. Le taux hier-soir était à 391… Toute la question pour Emmanuel Macron est de savoir s’il continue encore longtemps de ne pas écouter les propos alarmistes de médecins et de scientifiques.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/