2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : qu'est-ce qu'un Conseil de défense ?

ÉCLAIRAGE - Un Conseil de défense a eu lieu ce mercredi. Contrairement au Conseil des ministres, il est "secret-défense".

Emmanuel Macron, lors d'un conseil de défense à l'Élysée, le 4 mars 2020
Emmanuel Macron, lors d'un conseil de défense à l'Élysée, le 4 mars 2020 Crédit : Thibault Camus / POOL / AFP
Coline Daclin Journaliste

C'est désormais presque une habitude depuis le début de l'épidémie. Un Conseil de défense sanitaire se réunit ce mercredi 6 janvier au matin à l'Élysée, pour faire le point sur les mesures à prendre face à la circulation du coronavirus.

En 2020, le président de la République a réuni plus de quarante Conseils de défense. Pourtant, le recours à ce type de réunion fait débat. La France insoumise en particulier dénonce le recours au Conseil de défense, à tel point que Jean-Luc Mélenchon a parlé le mardi 3 novembre d'un "comité secret".


Le recours au Conseil de défense, ou Conseil de défense et de sécurité nationale (CDSN), est inscrit dans la Constitution à l'article 15. "Le Président de la République est le chef des armées. Il préside les conseils et comités supérieurs de la Défense nationale." Ses modalités sont définies par un décret du 24 décembre 2009.

Une réunion "secret-défense"

Contrairement au Conseil des ministres, qui a lieu tous les mercredis, le Conseil de défense se réunit à la convenance du président de la République en cas de crise majeure. Avec la pandémie, il est donc plus souvent organisé.

À lire aussi
épidémie
Coronavirus : ce qui change dans les 23 départements sous vigilance

Le Président, le Premier ministre et tous les ministres concernés par l'ordre du jour participent. Le Conseil de défense peut ainsi toucher à des sujets internationaux, au terrorisme, comme ceux qui se sont tenus après l'assassinat de Samuel Paty, à la situation sanitaire, ou encore au problème environnemental, comme le 27 juillet dernier. 

Le Conseil de défense dispose de rituels codifiés. En effet, il est soumis au secret-défense. Avant d’entrer, les participants doivent ainsi remettre leur téléphone portable. On leur donne alors un bloc-notes dont chaque page est barrée par un "secret-défense" en lettres capitales rouges. "Aucune trace écrite ne doit ensuite rester sans surveillance. Les éléments inutiles doivent être détruits via un procédé ad hoc. Et le reste doit être conservé dans un coffre-fort", racontait également Le Figaro en mai dernier.

Alors qu'après un Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement fait un compte-rendu à la presse, ce qui se dit en Conseil de défense reste donc entre les membres du gouvernement qui y ont assisté. Le secret-défense peut néanmoins être levé, expliquait en novembre le constitutionnaliste Jean-Philippe Derosier dans Le Monde, mais seulement sur décision d'un juge. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants