1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : le sénateur Alain Milon veut rendre la vaccination "obligatoire pour tout le monde"
1 min de lecture

Coronavirus : le sénateur Alain Milon veut rendre la vaccination "obligatoire pour tout le monde"

INVITÉ RTL - L'élu Les Républicains (LR) du Vaucluse, qui est également médecin, estime qu'"il est nécessaire de faire en sorte que la population soit vaccinée et le plus vite possible".

Alain Milon, sénateur Les Républicains (LR) du Vaucluse
Alain Milon, sénateur Les Républicains (LR) du Vaucluse
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Coronavirus : le sénateur Alain Milon veut rendre la vaccination "obligatoire pour tout le monde"
05:35
Julien Sellier

Avec l'accélération de la campagne de vaccination, l'immunité collective semble se rapprocher. À l'heure actuelle, le rythme reste soutenu en France, avec 600.000 doses injectées chaque jour. Plus de 30 millions de Français ont reçu au mois leur première dose de vaccin contre le Covid-19. 

Cependant, le rythme des prises de rendez-vous ralentit malgré les créneaux disponibles, et nombreux sont ceux qui se demandent s'il ne faut pas rendre obligatoire la vaccination pour tous. C'est notamment le cas du médecin et sénateur Les Républicains (LR) du Vaucluse, Alain Milon, qui estime qu'"il est nécessaire de faire en sorte que la population soit vaccinée et le plus vite possible". 

Pour lui, "la liberté individuelle s'arrête là où il y a la liberté collective. On n'a pas le droit de prendre le risque de donner cette maladie à des personnes vulnérables, il faut vacciner tout le monde", martèle l'élu. Mais comment contraindre les plus réticents ? "Avec le pass santé, affirme le sénateur. Ceux qui ne sont pas vaccinés n'auront pas le droit de faire certaines choses".

Alain Milon explique que "quand on regarde la situation mondiale, on s'aperçoit que si on laisse la population non-vaccinée, le virus circule et il mute, devenant de plus en plus dangereux". "Aujourd'hui, il y a une diminution forte du nombre de prise de rendez-vous, ce qui est particulièrement inquiétant", déplore-t-il.

À lire aussi

"Déconfinement ne veut pas dire défoulement et actuellement on s'aperçoit qu'il y a un défoulement important qui risque d'être dangereux en septembre", s'inquiète également le sénateur.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/