1 min de lecture Épidémie

Coronavirus : l'Armée confirme avoir acheté de la chloroquine par "précaution"

Le ministère de Florence Parly a indiqué s'être procuré de la chloroquine au cas où cette molécule controversée serait "validée" comme "utile" contre le Covid-19.

La ministre des Armées Florence Parly au Niger, le 31 juillet 2017
La ministre des Armées Florence Parly au Niger, le 31 juillet 2017 Crédit : AFP / BOUREIMA HAMA
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

L'Armée en première ligne pour l'accès à la chloroquine. Le ministère de Florence Parly a confirmé vendredi 24 avril s'être procuré des stocks de ce médicament, dont les effets curatifs du Covid-19 sont contestés. Il s'agit d'un "achat de précaution, si jamais la chloroquine se révélait validée par les autorités de santé comme étant utile pour lutter contre le Covid-19", a justifié le cabinet de la ministre à France Info

La chloroquine, traitement initialement prescrit contre le paludisme, divise la communauté scientifique. Le professeur Didier Raoult, infectiologue à l'Institut Hospitalier Universitaire Méditerranée (IHUM) de Marseille, jure que cette molécule guérirait des symptômes du Covid-19

Une conclusion hâtive selon une partie de ses confrères et consoeurs qui dénoncent une méthode qui ne respecte pas les règles de rigueur de la procédure scientifique. Des cas de toxicité cardiaque liés à sa prescription ont par ailleurs été identifiés.

Cette commande ne préjuge en rien de l'efficacité de la molécule

Ministère des Armées
Partager la citation

Aucune information n'a été communiquée concernant les quantités de chloroquine acquises, le ministère confirmant seulement que les stocks contiennent du "sel ou phosphate de chloroquine, qui permet le développement d'une forme injectable".

À lire aussi
Un Airbus A 320 de la compagnie Air Corsica à l'aéroport Napoléon Bonaparte Ajaccio le 18 janvier 2019. Corse
Déconfinement : les vols vers la Corse doivent être justifiés jusqu'au 23 juin

Il affirme par ailleurs que la commande, en provenance de Chine, "ne préjuge en rien de l'efficacité de la molécule", affirme le cabinet de Florence Parly à France Info. "Nous ne faisons rien en parallèle des autorités de santé. En aucun cas, nous n’avons acheté ça pour créer un médicament de manière indépendante." 

L'Armée compte dans ses rangs 1.500 cas de Covid-19, dont "une quinzaine en réanimation", rappelle le site internet. Près de 700 d'entre eux se trouvaient à bord du porte-avion Charles-de-Gaulle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Armée Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants