4 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : 4 questions pour tout comprendre sur la chloroquine

Beaucoup espèrent que cette molécule, utilisée contre le paludisme, soit la solution pour venir à bout de l'épidémie de coronavirus.

Une plaquette de Novaquine, un médicament contenant de la chloroquine
Une plaquette de Novaquine, un médicament contenant de la chloroquine Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Chloé
Chloé Richard-Le Bris Journaliste

La France est en état d'urgence sanitaire à cause du coronavirus, certains hôpitaux sont déjà plein à craquer, un hôpital militaire a été ouvert, la population française, entre autres, est confinée. Et en ces temps de confinement, la chloroquine fait la Une. Le monde de la recherche médicale n'est pas à l'arrêt, bien au contraire. 

Plus souvent connue sous son nom commercial de Navequine, cet antipaludique laisse poindre une potentielle solution pour lutter contre le coronavirus. Le pays manque de masques et de lits. Depuis le début de l'épidémie de coronavirus qui a commencé en France fin janvier, 19.856 personnes sont contaminées en ce mardi 23 mars et 860 sont mortes. Un virus qui touche toute la population avec un taux de létalité de 3,38% en France contre 0,1%  pour la grippe saisonnière.

1. Qu'est-ce que la chloroquine ?

C'est une molécule qui donne de l'espoir à tous en cette période d'épidémie du coronavirus Covid-19. La chloroquine, sous la forme dérivée d'hydroxychloroquine, est d’abord utilisée comme antipaludique.
 
Les amateurs de voyage connaissent mieux cet antipaludéen sous le nom de "nivaquine". Il faut en prendre quand on prévoit de se rendre dans une zone infestée par le parasite du paludisme, transmis par les moustiques.
 
En France, la molécule a été mise sur le marché en 1949. Comme le rappelle La Croix, il s'agit d'un "dérivé de la quinine, un alcaloïde naturel antipaludique extrait de l’écorce du quinquina, un arbuste d’Amérique du Sud, connu pour faire baisser la fièvre."

2. Qui est Didier Raoult ?

Le professeur Didier Raoult est spécialiste des maladies infectieuses et directeur de l'Institut Méditerranée Infection à Marseille. Il faisait partie du conseil scientifique du gouvernement contre le Covid-19. Mais il s'est mis en retrait. Cependant, dans une vidéo publiée sur YouTube, Didier Raoult affirme rester en contact avec le ministère de la Santé et le président de la République "directement", "pour leur dire ce que je pense", "parce que le conseil ne correspond pas à ce que je pense être un devoir de conseil stratégique".

À lire aussi
Le défilé du 14 juillet 2019 14 juillet
14 juillet : un hommage sera rendu aux soignants et à la société civile

Il a amené dans l’espace public le sujet de la chloroquine en postant une vidéo où il expliquait que cette molécule pouvait être une solution pour traiter les patients atteints du covid-19.

3. Est-ce que ça marche ?

Le professeur avait affirmé que son effet contre le coronavirus était spectaculaire, avec la disparition du virus en six jours auprès des trois quarts des patients. Dans sa vidéo, le directeur de l'IHU de Marseille avait en effet expliqué que 24 patients atteints par le coronavirus avaient pris du Plaquenil, l'un des noms commerciaux de la chloroquine et que six jours plus tard, seulement 25 % étaient encore porteurs du virus alors que 90 % de ceux qui n'ont pas reçu ce traitement étaient toujours positifs.
 
Chez certains patients souffrants d'autres infections, ce médicament peut aussi s'avérer dangereux. Le médicament peut provoquer, comme beaucoup d’autres médicaments,des effets secondaires. Cela explique la raison pour laquelle les autorités veulent mener des expérimentations avant d'autoriser la prescription de cette molécule pour les malades du Covid-19.

4. Quand peut-on l’utiliser ?

Sur la question spécifique de la chloroquine, le Haut conseil recommande de ne pas utiliser l'antipaludique, sauf pour des formes graves et sous surveillance médicale stricte. De très nombreuses personnes se sont pressées lundi 23 mars à Marseille, pour se faire tester par les équipes du professeur Didier Raoult préconisant ce traitement à la chloroquine après des essais positifs.

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé autoriser l’usage de la chloroquine dans les hôpitaux par une décisions collégiale sur certains patients atteints sévèrement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Vaccin Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants