2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus et déconfinement : Jean Castex fait son auto-critique

ÉCLAIRAGE - Le premier ministre a répondu aux questions des députés de la commission d'enquête sur la gestion du coronavirus. Une remise à plat des conditions du déconfinement qui a duré trois heures.

Jean Castex, le 17 novembre 2020
Jean Castex, le 17 novembre 2020 Crédit : ASSEMBLEE NATIONALE / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Trois heures. Jean Castex a été longuement interrogé le 17 novembre par les députés de la commission d'enquête sur la gestion de la crise sanitaire du coronavirus. Après Édouard Philippe, Agnès Buzyn, Roselyne Bachelot ou encore Xavier Bertrand, le chef du gouvernement est à son tour revenu sur le déconfinement de mai dernier et aussi sur la stratégie des mois à venir

Le premier ministre a ainsi esquissé un début d'analyse ouvrant la voie à une remise en cause du plan de sortie de confinement au printemps. "Peut-être, effectivement, que nous avons déconfiné un peu trop" l'Hexagone à partir de mai, a-t-il concédé. Une déclaration qui a une certaine résonnance de la part de l'architecte du déconfinement

Le premier ministre a aussi pointé du doigt le comportement de certains Français qui jusqu'en octobre, ont "peut-être cru que cette épidémie était derrière nous, et que les gestes barrières n'ont pas été respectés avec suffisamment de zèle".

Une deuxième vague "prévue et anticipée"

Concernant la deuxième vague qui a frappé le pays en octobre, Jean Castex affirme que la stratégie d'endiguement a été "prévue et anticipée". Tout en soulignant qu'il était "extrêmement difficile d'anticiper la brutale accélération pandémique". Le premier ministre a nié tout "retard" dans la mise en place de mesures pour lutter contre la résurgence de l'épidémie avec le couvre-feu et le reconfinement. "J'estime que nous avons pris à chaque fois les décisions adaptées aux évolutions, pas toujours prévisibles", a-t-il déclaré devant les députés. 

La phase suivante ne sera pas un retour à l'ante confinement

Jean Castex
Partager la citation
À lire aussi
Le personnel médical d'un hôpital, pendant la crise du coronavirus (illustration) coronavirus
Coronavirus : "On a très peur des réveillons", confie un infectiologue

Pour l'avenir, Jean Castex souhaite anticiper davantage et "donner le maximum de visibilité" aux Français, afin de ne pas être dans une stratégie de "stop and go". Emmanuel Macron a d'ailleurs prévu de s'exprimer lors d'une allocation pour amorcer la stratégie de sortie progressive du confinement. "La phase suivante ne sera pas un retour à l'ante confinement", a précisé le chef du gouvernement.

Concernant la réouverture des commerces, Bruno Le Maire souhaite que cela se fasse pour le 27 novembre. Mais Jean Castex a évoqué devant la commission d'enquête de l'Assemblée une échéance "autour" du 1er décembre. 

Le premier ministre a ainsi rappeler la ligne fixée à l'horizon : le vaccin. "Si les vaccins produisent tous leurs effets, qu'il n'y a pas de difficulté et qu'on est débarrassé de cette affaire, j'en serai le plus heureux", a-t-il expliqué. Autre rappel fait aux députés : le temps long. Jean Castex a en effet prévu une batterie de mesures qui devront selon toute vraisemblance s'appliquer jusqu'à l'été 2021

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Jean Castex Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants