2 min de lecture Jean Castex

Coronavirus : Castex dénonce "le déni" des maires écolos et encourage la "concertation"

Mardi 13 octobre, le Premier ministre Jean Castex a rappelé la dégradation sanitaire en France en raison de l’épidémie de coronavirus qui poursuit sa propagation. Il a dénoncé le "déni" des maires écolos et encouragé la "concertation".

Le Premier ministre Jean Castex devant l'Assemblée nationale, le 6 octobre 2020.
Le Premier ministre Jean Castex devant l'Assemblée nationale, le 6 octobre 2020. Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Le Premier ministre a alerté sur la dégradation de la situation sanitaire en France et a dénoncé le "déni" des maires écolos, devant les députés LaREM. Dans l’attente d’éventuelles nouvelles mesures annoncées par Emmanuel Macron, mercredi 14 octobre, Jean Castex a rappelé que "les taux d'incidence continuent d'augmenter". "Nous ne sommes pas sortis de l'auberge", a-t-il prévenu, d'après des propos rapportés. 

Le Premier ministre a assuré que la concertation avec les élus locaux est de rigueur, évoquant la situation épidémiologique à Marseille où des restrictions sévères étaient nécessaires, compte tenu de la situation sanitaire qui "se dégradait fortement". "Nous mettons en œuvre ces mesures toujours en concertation avec les élus locaux. C'est avec les maires écologistes que nous avons le plus de difficultés et qui sont le plus dans le déni", a-t-il estimé.

Un appel à la solidarité et à la responsabilité

"Vous allez discuter d'un projet de loi de finances" et d'un projet de budget de la Sécurité sociale "qui marquent une ambition", a lancé Jean Castex au groupe majoritaire. "Ce sont des signaux tournés vers l'avenir, (...) néanmoins, le pays se recentre sur la situation sanitaire", a-t-il déclaré, insistant sur l’importance de la solidarité face à l’épidémie. "C'est dans ces moments-là que notre solidarité et notre courage collectif sont mis à l'épreuve. Des mesures difficiles exposent la critique et l'impopularité", a-t-il jugé.

Le Premier ministre a par ailleurs dénoncé un certain relâchement et encouragé une prise de conscience chez les populations. "L'essentiel de la circulation virale se fait dans les espaces privés clos. Nous n'avons pas d'outils pour réglementer la circulation dans les lieux privés", a-t-il reconnu. Et de renchérir : "Une catégorie de la population se croit invincible au virus et ne conçoit pas qu'elle peut le transmettre à des populations plus vulnérables". 

"Le virus va rester de nombreux mois"

À lire aussi
Illustration d'une vaccination Coronavirus France
Coronavirus et vaccin : "Les processus sont très accélérés", explique un virologue

Jean Castex a confirmé que la "nouvelle phase" de la pandémie ne sera pas gérée comme la première avec la mise en œuvre d’un confinement généralisé. Il a salué la reprise du travail et de l’école en France tout en prévenant que la situation sanitaire se profile à long terme.

"Le virus va rester sûrement plusieurs mois, de nombreux mois" et "nous devons nous adapter pour éviter des ‘stop and go’ trop rudes, adapter nos comportements à cette perspective et espérer que les comportements deviendront sur le long terme plus responsables", a plaidé le Premier ministre. L’assistance semblait "acquiescer, se résignant aux mesures qui seront annoncées", rapporte un député. 

Mardi, lors d’un conseil de défense, de nouvelles restrictions - couvre-feu, reconfinements locaux - ont été étudiées. Le chef d’État devra prendre la parole, mercredi à 19h55, pour faire le point sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus en France .

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean Castex Premier ministre Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants