1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Confinement : "On nous prend pour des confinés, sans nous le dire franchement", selon Bost
2 min de lecture

Confinement : "On nous prend pour des confinés, sans nous le dire franchement", selon Bost

ÉDITO - Jeudi soir, Jean Castex n'a pas parlé de confinement en nous décrivant une nouvelle période qui y ressemble très fortement.

Jean Castex lors de sa conférence du 18 mars 2021
Jean Castex lors de sa conférence du 18 mars 2021
Crédit : Martin Bureau / POOL / AFP
Confinement : "On nous prend pour des confinés, sans nous le dire franchement", selon Bost
02:46
Confinement : "On nous prend pour des confinés, sans nous le dire franchement", selon Bost
02:46
Olivier Bost - édité par William Vuillez

Des confinés, ne vous trompez pas d’une lettre à qui on ne dit surtout pas qu’ils sont confinés. C’est ça, ce qui s’est passé jeudi soir et ça concerne 1 Français sur 3. Les autres sont encore sous couvre-feu et ça peut aussi leur arriver. Jean Castex a fait l’économie du mot, ne parle qu’une fois de mesures de confinement puisque la nouvelle formule ce sont les mesures de freinages. 

Il ne parle pas de confinement en nous décrivant une nouvelle période qui y ressemble très fortement. Le fameux concept du fermer sans enfermer. Enfin, pour être tout à fait franc, le gouvernement nous a surtout embrouillé comme jamais. Même dans les ministères, jeudi soir certains disaient que c’était bien compliqué tout ça. Jean Castex a rajouté 2 couches de complexité alors que ça n’était déjà pas très simple. Le mode d’emploi des mesures de freinage va bientôt ressembler à un formulaire de préfecture.

Plutôt que de nous expliquer la situation puis de détailler ses décisions, Jean Castex a un peu tout mélangé en rajoutant des auto-justifications et, sur les vaccins notamment, de l’auto-satisfaction un peu décalée. Nous ne savons plus très bien si la situation est grave, très grave ou moyennement grave. Avec la souplesse, le droit de sortir et avec de la dureté, les magasins fermés weekends compris.

Un succès assez aléatoire

Le message n’est pas d’une clarté absolue, alors qu’il aurait pu se résumer en 2 lignes : sortez dehors, n’invitez plus d’amis, nous vous faisons confiance pour y arriver. Ça aurait été simple mais le gouvernement n’a pas pu s’empêcher de rajouter des attestations, cette invention française qu’il est inutile de déposer, personne ne va nous la voler.

À lire aussi

Mais le plus important c’est de savoir si ça aura des effets sur l’épidémie. Oui, surtout quand nous en avons pris pour un mois minimum. Jusqu’ici tous les délais qui avaient été donnés ont toujours été rallongés. Le message mi-alarmiste mi-rassurant de jeudi soir rend son succès assez aléatoire.

Donc méfiance, comme il faudra se méfier la prochaine fois qu’on nous expliquera que les scientifiques se trompent et que le président est devenu le premier des épidémiologistes. Il ne faudrait pas que ce sentiment, que l’on nous prend pour des confinés sans nous le dire s’installe vraiment.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/