1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Clément Beaune fait son coming-out et annonce qu'il ira en Pologne en "zone anti-LGBT"
2 min de lecture

Clément Beaune fait son coming-out et annonce qu'il ira en Pologne en "zone anti-LGBT"

VU DANS LA PRESSE - Le ministre délégué aux Affaires européennes, qui évoque son homosexualité publiquement pour la première fois dans une interview au magazine "Têtu" en kiosque mercredi 9 décembre, annonce qu'il se rendra dans une zone "anti-LGBT" polonaise l'année prochaine.

Clément Beaune à l'Assemblée nationale en juillet 2020.
Clément Beaune à l'Assemblée nationale en juillet 2020.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie Zafimehy

"Dire aujourd'hui mon orientation sexuelle, ce n'est pas de l'indécence ou de la mise en scène de l'intimité." Dans une interview au magazine Têtu en kiosque mercredi 9 décembre, le ministre délégué aux Affaires européennes Clément Beaune évoque son homosexualité publiquement pour la première fois. "En tant que secrétaire d'État aux Affaires européennes, j'ai une responsabilité supplémentaire, estime-t-il. Je dois me battre pour diffuser la tolérance."

Un coming-out médiatique, réalisé à l'occasion du 25ème anniversaire du magazine gay, qui n'a rien d'anodin. Ministre délégué aux Affaires européennes, Clément Beaune, 39 ans, dit vouloir œuvrer au respect des droits LGBTQ+ dans l'Union, tâche difficile lorsque l'on sait que des pays comme la Pologne ou la Hongrie multiplient les atteintes aux droits de cette communauté. 

Déplacement en zone "anti-LGBT"

En Pologne, ont été créées localement des zones "anti-LGBT", sans que le gouvernement conservateur ne s'y oppose. Des zones que la présidente Ursula von der Leyen a qualifié de zones "sans humanité" dans son discours de rentrée le 16 septembre dernier. 

Dans son entretien à Têtu, Clément Beaune annonce qu'il se rendra dans un de ces territoires en 2021. "J'irai soutenir une des associations qui défendent le droit à l'avortement", explique-t-il. "Je viens d'une famille dans laquelle des personnes ont été déportées parce que juives, il y a seulement deux générations. Cela fait écho en moi. Pour autant, je n'aimerais pas qu'on dise que je me démène contre les zones 'sans LGBT' parce que je suis gay. Ce serait insultant de dire que je mène ce combat pour moi-même."

À lire aussi

Le 15 novembre dernier, la Commission européenne a présenté son plan de lutte contre les discriminations LGBTphobes. Elle y évoquait sa volonté de durcir la lutte contre les discours et les crimes ou délits anti-LGBTQ+ dans les pays de l'Union.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/