3 min de lecture Gouvernement

Bruno Le Maire "soupçonné de vouloir s'installer à Matignon", rapporte Olivier Bost

ÉDITO - Des conseillers de Matignon ne voient pas forcément d'un bon œil la liberté de ton du ministre de l'Économie. Ils le soupçonnent de vouloir prendre la place d'Édouard Philippe.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Bruno Le Maire "soupçonné de vouloir s'installer à Matignon", rapporte Olivier Bost Crédit Image : Thibault Camus / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Chloé Richard-Le Bris

Dans la tempête, dans une équipe gouvernementale, il y a ceux qui se planquent… Et puis il y a des ministres qu'on entend plus ou moins et qui s’autorisent à dire plus ou moins de choses. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est fait remarquer ces temps-ci.

Bruno Le Maire est arrivé ce matin, jeudi 9 janvier, en Chine pour une visite de travail de 2 jours. Vous savez ce qu’il a confié devant un parterre de visiteurs il y a quelques semaines ? "La Chine sait où elle va, la France ne sait pas où elle va." Il est comme ça, Bruno Le Maire.

Il assume à la fois sa liberté de ton et sa totale loyauté envers le président de la République. Il peut se le permettre, pense-t-il, car au gouvernement il fait partie du très petit club de ceux qui ont une grosse expérience politique. Et c’est ça qui énerve certains. Car  disons qu’il va parfois plus vite que la musique et ce n’est pas du goût de tout le monde. 

En désaccord avec Matignon sur les retraites

Par exemple, quand il devance la parole d’Édouard Philippe. Dès la rentrée, le 6 janvier au matin, Bruno Le Maire a dit que la proposition de la CFDT était une bonne idée. Il espère également que 2020 sera rythmée de dialogue et de compromis. Il le déclare… 24 heures avant le Premier ministre sur RTL.

À lire aussi
Contre la réforme des retraites, les manifestants se sont munis de pancartes pour exprimer leur colère, jeudi 5 décembre à Paris. réforme des retraites
Retraites : le risque d'une réforme "perdant-perdant" pour tous, estime Bost

Le lendemain, mardi 7 janvier, Bruno Le Maire a estimé que les entreprises devaient augmenter les salaires : "Comme si le gouvernement avait besoin de ça en ce moment", se désole l’un de ses collègues. "C’est Che Guevara", ironisait même l’un des proches d’Emmanuel Macron, d'après Le Figaro.

Quelle ambiance ! Bruno Le Maire laisse transparaître ce qu’il confie en privé à ses interlocuteurs. Depuis longtemps il répète que cette grande réforme n’a pas été étudiée. Déjà en décembre, lors d’une réunion à l’Élysée, il avait plaidé pour rallier la CFDT avec l’abandon de l’âge pivot. "On ne peut pas réformer contre tout le monde", avait-il défendu sans être entendu. 

Pour lui, il aurait fallu d’abord faire les mesures d’équilibre financier des retraites et ensuite la grande réforme. Ce n’est pas comme ça que cela s’est passé.

Bruno Le Maire se dit très bien à Bercy

Faut-il y voir une critique du Premier ministre ? Oui, c’est bien de ça qu’il est soupçonné par des conseillers, de vouloir s’installer à Matignon. S’il le laisse penser, parce qu’il dit du mal de la façon de faire d’Édouard Philippe, "c’est une grave erreur" estime un proche d’Emmanuel Macron.

On ne remplace pas le Premier ministre en s’épanchant. Pourquoi ? Parce que la plus grande qualité d’Édouard Philippe, justement, est de ne jamais raconter aucune de ses discussions avec le Président. Alors, qui faut-il croire ? Bruno Le Maire se défend de toute ambition. Il a encore répété il y a 2 jours qu’il était très bien à Bercy, que c’est un ministère qui demande d’y travailler dans la durée, qu’il n’inspire certainement pas à Matignon.

De toute façon, Bruno Le Maire balaye ses supposées ambitions cachées souvent sur le ton de l’humour : "J'ai déjà été candidat à la présidentielle", dit-il avec dérision. En fait, il a été candidat à la primaire de la droite. C’était en 2016, il avait recueilli 2,4% des voix.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Bruno Le Maire Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants