3 min de lecture Réforme des retraites

Réforme des retraites : "Personne n’a remporté la bataille de l’opinion", selon Bost

ÉDITO - Au 34e jour de grève contre la réforme des retraites, mardi 7 janvier, le projet continue de diviser au sein de l'opinion.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Réforme des retraites : "Personne n'a remporté la bataille de l'opinion", selon Bost Crédit Image : Thomas SAMSON / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par William Vuillez

Que pensez-vous de la la grève et de la réforme des retraites ? Ce sont des questions que nous vous posons régulièrement depuis le début du conflit dans notre observatoire Harris / RTL / AEF info. Où en est l’opinion, ce mardi 7 janvier, au 34e jour de grève ?
 
Il y a des bonnes nouvelles ou plutôt des signaux encourageants pour le gouvernement. Et puis, il y a toujours des chiffres préoccupants pour Édouard Philippe. On va commencer par les signaux encourageants qui se résument à une tendance : le soutien à la grève baisse (-2 points) et le soutien à la réforme augmente (+2 points).

Mais il n’en reste pas moins que la défiance reste très majoritaire. 6 Français sur 10 soutiennent les manifestations et les grèves. À l'inverse, 32% ne les soutiennent pas. À ce rythme, il faudra encore des semaines pour que les partisans de la réforme deviennent majoritaires. 

Une retraite qui inspire l'inquiétude

Quels chiffres restent particulièrement préoccupants pour le gouvernement ? Quand on demande aux Français qui est responsable de la situation, dans toutes les enquêtes d’opinion, le gouvernement sort largement en tête, loin devant les syndicats, pourtant pas très haut dans l’estime générale.

Deux Français sur trois assurent dans notre sondage Harris que la retraite à points leur inspire de l’inquiétude. Cela veut dire qu’Emmanuel Macron et son Premier ministre Édouard Philippe n’ont toujours pas convaincu du bien fondée de leur réforme. Personne n’a en fait remporté la bataille de l’opinion. Entre un gouvernement qui peine à convaincre et des syndicats jusqu’au-boutiste. Ça n’aide pas franchement les gens à changer de position sur le conflit en cours…

À lire aussi
Une rame de métro de la RATP (illustration) réforme des retraites
Grève dans les transports : le "lundi noir" tant redouté aura-t-il lieu ?

Car l’histoire de cette réforme des retraites, c’est quand même que chaque semaine ou presque, c’est un peu plus compliqué que la semaine précédente. Ça se traduit toujours dans notre sondage, quand on demande aux personnes interrogées ce qu’elles veulent ou ne veulent pas. Et voilà la situation dans laquelle on se retrouve après cinq semaines de conflits : les Français sont toujours majoritairement pour la suppression des régimes spéciaux qui paradoxalement risquent de perdurer. 

Et ils sont également nombreux à être contre l’âge pivot, que le gouvernement ne veut pas lâcher, aux dernières nouvelles.

Le repoussoir de la réforme

L’âge pivot, c’est-à-dire l’allongement de la durée du travail, est devenu le repoussoir de la réforme et le repoussoir est porté par Édouard Philippe. La majorité, c’est-à-dire les députés En Marche et Modem, des ministres comme Bruno Le Maire ou le Président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, poussent pour assouplir cet âge pivot. 

Édouard Philippe lui, pousse plutôt pour progresser sur la pénibilité ou sur la garantie d’un minimum vieillesse, deux mesures d’ailleurs, qui sont plébiscités par les français, toujours dans notre sondage Harris. Alors oui, personne ne sera jamais satisfait. De toute façon une réforme des retraites n’est jamais populaire. Tout le problème depuis le début de cette réforme, c'est qu'elle provoque plus d’angoisse que d’envie et rien n’y fait. 

D’où l’injonction d’Emmanuel Macron à son Premier ministre lors de ses vœux et répéter en conseil des ministres encore ce lundi. J’attends du gouvernement d’Édouard Philippe qu’il trouve la voie d’un compromis rapide. Il y a urgence car ce qui se joue dans l’opinion ces jours-ci est finalement assez simple et dangereux pour le Premier ministre après 34 jours de conflit. Est-ce le sentiment d’une vraie réforme dans la douleur qui va l’emporter, ou celui d’un immense gâchis…?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Retraites
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants