4 min de lecture Présidentielle 2017

Benoît Hamon : "Sans doute des hommes et des femmes votent pour moi par rejet du quinquennat"

INVITÉ RTL - Le candidat à la primaire de la gauche répondra aux questions d'Elizabeth Martichoux à partir de 7h45. Il dialoguera ensuite avec Yves Calvi et les auditeurs à partir de 8h20.

245_MARTICHOUX L'invité de RTL Elizabeth Martichoux
>
Benoît Hamon, invité de RTL, vendredi 27 janvier 2017 Crédit Image : Essia Lakhoua / RTL | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

C'est le sprint final. À l'approche du second tour de la primaire de la gauche, Benoît Hamon abat ses dernières cartes au micro de RTL pour l'emporter sur Manuel Valls. Vendredi 27 janvier, le candidat à la présidentielle répond aux questions d'Elizabeth Martichoux à partir de 7h45. Il sera ensuite, à 8h20, avec Yves Calvi pour dialoguer avec les auditeurs de RTL.

Au cours de l'ultime débat de la campagne, suivi par 5,5 millions de téléspectateurs, Benoît Hamon a défendu son projet de revenu d'existence universel pour tous les citoyens de plus de 18 ans. Il a aussi défendu sa vision de la laïcité, face à un Manuel Valls qui l'a attaqué à plusieurs reprises depuis dimanche dernier. "Benoît Hamon n'a pas voté la prolongation plusieurs fois de l'état d'urgence ou la loi présentée par Urvoas contre la criminalité organisée et le terrorisme", a ainsi déclaré l'ancien premier ministre au cours de leur échange.

En outre, Benoît Hamon a tenté de minimiser les divergences avec son rival, promettant que s'il remportait la primaire dimanche, il commencerait dès lundi "à s'adresser aux autres dirigeants de la gauche", en particulier l'écologiste Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon.

À lire aussi
Marine Le Pen et Emmanuel Macron le 21 novembre 2017 à l'Élysée société
"Le deuxième tour de 2017, ce n'est pas un accident", assure Jérôme Fourquet

Suivez l'interview de Benoît Hamon en direct

8h34 - Rémy, auditeur de RTL dans le Var, se définit comme un électeur de gauche qui votera pour Benoît Hamon au second tour de la primaire. En revanche, il estime que "ça s'annonce mal" pour la présidentielle, affirmant hésiter entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. "La tâche qui sera la mienne dès lundi, vis à vis de Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et toutes celles et ceux qui veulent construire un projet de gauche, c'est de nous mettre d'accord sur ce qui nous rassemble et nous sépare. Ensuite, nous verrons si nous allons séparés à l'élection présidentielle, ou rassemblés", a expliqué le candidat. 

8h31 - Emmanuel Macron a déclaré qu'il n'y aurait aucun ralliement. "Il faudra qu'il lève l’ambiguïté", a estimé Benoît Hamon. "Qui est Emmanuel Macron ? Est-il de droite, de gauche, du centre, ni droite, ni gauche ? De quelle pensée se revendique-t-il ?, s'est-il interrogé. "Il me semble que dans les convictions politiques qu'il porte, s'il devait être élu président de la République, nous poursuivrions la remise en cause des droits de beaucoup de salariés", a assuré le candidat. "Je ne veux pas échanger la précarité des salariés contre la baisse du chômage", a-t-il ajouté. 

8h25 - Thierry, auditeur de RTL dans le Val-de-Marne est revenu sur la proposition du candidat d'abroger la loi travail. "Par quoi comptez-vous remplacer les droits qu'elle ouvre pour les salariés notamment sur les congés et la négociation d'entreprise ?", lui a-t-il demandé. "Quand on dit qu'on abroge une loi, cela ne veut pas dire que toutes les dispositions de cette loi doivent disparaître forcément", a rétorqué Benoît Hamon. Le droit à la déconnexion et le compte personnel d'activité figurent parmi les dispositions qu'il dit vouloir reprendre "dans la nouvelle loi travail". 

8h22 - Dans la lignée des révélations concernant François Fillon, Benoît Hamon a-t-il fait travailler des proches ou des amis en tant qu'attachés parlementaires ? "Non, je n'ai pas fait travailler ma famille", a-t-il assuré. Le candidat a indiqué qu'il disposait de trois assistants parlementaires, rémunérés "en dessous de 3.000 euros".

8h21 - Benoît Hamon est face aux auditeurs de RTL.

7h57 - François Hollande ne votera pas dimanche 29 janvier pour le second tour de la primaire de la gauche. Benoît Hamon est-il choqué ? "Ça ne me choque pas, j'aurai trouvé curieux qu'il vote", a estimé le candidat. 

7h56 -  Jean-Luc Mélenchon a appelé Benoît Hamon jeudi 26 janvier à se ranger derrière lui, qu'en pense le principal intéressé ? "Je ne pose aucun préalable qui dirait que le rassemblement est indispensable à condition que l'on se range derrière moi", a-t-il rétorqué. "Ce que je souhaite faire pour que au delà de la présidentielle on puisse envisager des formes de gouvernement en commun, c'est de voir ce qui nous réuni et de voir encore ce qui nous sépare", a rétorqué le candidat. "Ce qui nous sépare avec Jean-Luc Mélenchon, c'est incontestablement une conception de la construction européenne. Je pense qu'il ne faut pas sortir de l'Europe", a-t-il assuré. 

7h53 - Interrogé sur sa mesure phare qu'est le revenu universel d'existence, Benoît Hamon a avancé l'argument des jeunes et des emplois qu'ils occupent. Ce revenu universel permettrait de "libérer 600.000 emplois étudiants", a-t-il assuré. "Les étudiants qui échouent le plus sont ceux qui travaillent", a-t-il ajouté. 

7h52 - Benoît Hamon bénéficie-t-il du rejet du quinquennat de François Hollande ? "Sans doute des hommes et des femmes votent pour moi par rejet du quinquennat, ou par déception", a-t-il rétorqué. "Quand j'ai construit mon slogan de campagne 'Faire battre le cœur de la France', c'est que j'ai constaté qu'il battait. C'est ce cœur là que je veux faire battre dans la campagne présidentielle", a-t-il ajouté. 

7h49 - Benoît Hamon s'est dit "impatient" de débattre avec François Fillon sur son programme. 

7h48 - "Il appartient à la justice de décider si l'emploi était réel ou pas. Ce que je crois pour l'avenir, c'est qu'il faudra construire une frontière étanche dans le droit des parlementaires à embaucher un conjoint ou un membre de leur famille", a avancé le candidat à la primaire de la gauche, interrogé au sujet de l'affaire Penelope Fillon. "Ces pratiques, comme dans d'autres pays, devront en France être interdites", a-t-il ajouté. 

7h35 - Benoît Hamon est arrivé dans les studios de RTL pour répondre aux questions d'Elizabeth Martichoux.

>> L'interview est à écouter sur RTL et à suivre en vidéo sur RTL.fr. Vous pouvez interroger Benoît Hamon en posant vos questions dans les commentaires de cet article ou en utilisant le hashtag #RTLMatin sur les réseaux sociaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Primaire PS Benoît Hamon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786939754
Benoît Hamon : "Sans doute des hommes et des femmes votent pour moi par rejet du quinquennat"
Benoît Hamon : "Sans doute des hommes et des femmes votent pour moi par rejet du quinquennat"
INVITÉ RTL - Le candidat à la primaire de la gauche répondra aux questions d'Elizabeth Martichoux à partir de 7h45. Il dialoguera ensuite avec Yves Calvi et les auditeurs à partir de 8h20.
https://www.rtl.fr/actu/politique/benoit-hamon-est-l-invite-de-rtl-posez-lui-vos-questions-7786939754
2017-01-26 18:59:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/NJejpv7gJyVlcl680qJzyA/330v220-2/online/image/2017/0127/7786946175_benoit-hamon-invite-de-rtl-vendredi-27-janvier.jpg