Présidentielle 2017 : sondages, primaire, candidats, dates et résultats, les dernières infos sur le scrutin en direct

Début mai 2017, le onzième président de la Vème République sera élu jusqu'en 2022 à la tête de la France.

Les drapeaux de la façade de l'Élysée mis en berne le 14 novembre
Crédit : JACQUES BRINON / POOL / AFP
Les drapeaux de la façade de l'Élysée mis en berne le 14 novembre

Les Français connaîtront le nom de celui ou celle qui succédera à François Hollande à l'Élysée le 7 mai 2017 prochain. L’élection présidentielle 2017 promet donc un affrontement sans merci entre les différents partis et s'annonce surtout pleine de rebondissements. La gauche, à la peine dans les sondages et malmenée dans toutes les élections intermédiaires depuis 2012, parviendra-t-elle à rester au pouvoir ou devra-t-elle céder sa place ? Tout est possible à un an du scrutin 

Les quatre années de François Hollande ont été pas mal bousculées. D'abord par la montée du Front national qui est arrivé en tête des élections européennes avec 25,4% des voix et qui a raflé 11 villes lors des élections municipales 2014. Ensuite au sein même du gouvernement. Le quinquennat a compté cinq formations différentes : deux sous Jean-Marc Ayrault, trois sous Manuel Valls. Des années marquées par des départs très médiatisés : la démission de Jérôme Cahuzac, soupçonné de fraude fiscale ou encore l'exclusion d'Arnaud Montebourg, l'ancien ministre de l'Économie suite à ses attaques contre l'austérité. Le gouvernement a également été critiqué sur certaines de ses orientations politiques. Dernière en date : le projet de loi sur le travail de Myriam El Khomri, la ministre du Travail. Quant à la droite, elle prépare la bataille de la présidentielle avec la primaire Les Républicains.

Les différents candidats en course pour l'Élysée

Les candidatures se multiplient fortement à moins d'un an de l'élection présidentielle. À gauche, Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa candidature le 10 février 2016 alors qu'Antoine Waechter, déjà candidat en 1988, a décidé de se présenter en 2017. Jacques Cheminade, fondateur de Solidarité et Progrès, participera lui à sa troisième élection après 2007 et 2012 et tentera de dépasser les 0,5%. Au parti socialiste, parti communiste, Europe Écologie Les Verts, union des démocrates et indépendants, personne ne s'est officiellement déclaré, mais certains ont déjà manifesté leur intérêt.

Au Mouvement démocrate, Jean Lassalle, le vice-président du MoDem a annoncé sa candidature le 3 mars 2016. Marine Le Pen, la présidente du Front National s'est déclarée candidate le 8 février 2016

À droite, Les Républicains sont en pleine course à la Primaire. On ne connaîtra le nom de la personne qui entamera la course à la présidentielle qu'au résultats du deuxième tour de ce scrutin d'un genre nouveau pour cette famille politique. Pour l'heure, Jean-François Copé, François Fillon, Alain Juppé, Frédéric Lefebvre, Hervé Mariton, Nadine Morano, Bruno Le Maire et Jean-Frédéric Poisson se sont déclarés candidats à la primaire de la droite et du centre. Nathalie Kosciusko-Morizet s'est officiellement lancée dans la course mardi 8 mars et Geoffroy Didier le 30 mars. Michèle Alliot-Marie, elle, a levé le voile sur ses ambitions lundi 20 juin : elle sera candidate.

Parmi les autres candidats déclarés, on retrouve : Yves Bontaz, Stéphane Guyot (Parti du vote blanc), Jean-Pierre Mélia, ancien participant à l'émission Pékin Express (Le Vrai Rassemblement), Alain Mourguy (Union des gens de bon sens), Paul Mumbach (Mouvement Franche-Comté), William Rouanet (L'autre voie de l'écologie), Rafik Smati (Objectif France), Serge Tinland (sans étiquette), Oscar Temaru, l'ancien président de la Polynésie française (UPLD), Christian Troadec, en tant que "régionaliste" breton et Maxime Verner (président de l'Association des jeunes de France). Lundi 14 mars, Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) a officialisé sa candidature en vue de 2017. Le 16 mars, c'est Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France qui a annoncé la sienne. Philippe Poutou (NPA) a aussi été investi par son parti pour se présenter une deuxième fois à la présidence.

Les sondages

Selon un sondage Odoxa, réalisé en janvier 2016 pour Le Parisien/Aujourd'hui en France, Alain Juppé ferait gagner la droite à l'élection présidentielle et Emmanuel Macron la gauche. Les deux hommes sont ceux qui recueillent le plus de bonnes opinions auprès des personnes interrogées, avec 57% de bonnes opinions pour le maire de Bordeaux et 53% pour le ministre de l’Économie. L'institut assure par ailleurs que 79% des personnes interrogées seraient opposées à une candidature de François Hollande.


Dans une précédente étude réalisée pour RTL, "Le Figaro" et LCI en décembre 2015, le chef de l'État serait absent du second tour quelque soit le scénario.

Le calendrier des dates importantes

20 novembre 2016 : premier tour de la primaire Les Républicains et du centre

27 novembre 2016 : second tour, si nécessaire, de la primaire Les Républicains et du centre

23 avril 2017 : premier tour de l'élection présidentielle

7 mai 2017 : second tour de l'élection présidentielle

La rédaction vous recommande
par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782182440
Présidentielle 2017 : sondages, primaire, candidats, dates et résultats, les dernières infos sur le scrutin en direct
Présidentielle 2017 : sondages, primaire, candidats, dates et résultats, les dernières infos sur le scrutin en direct
Début mai 2017, le onzième président de la Vème République sera élu jusqu'en 2022 à la tête de la France.
http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-sondages-candidats-dates-et-resultats-les-dernieres-actualites-sur-l-election-en-direct-7782182440
2016-03-09 11:20:00
http://media.rtl.fr/cache/bPv0vd5GGFYFoqX2Rq2Fwg/330v220-2/online/image/2015/1114/7780513115_les-drapeaux-de-la-facade-de-l-elysee-mis-en-berne-le-14-novembre.jpg