3 min de lecture Gilets jaunes

Avec les "gilets jaunes", Édouard Philippe est-il fragilisé ?

DÉCRYPTAGE - Le Premier ministre a essuyé de nombreuses difficultés et d'incompréhensions depuis que la colère des "gilets jaunes" se fait entendre. De la part de certains conseillers d'Emmanuel Macron, mais aussi de la majorité.

Édouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 16 octobre 2018
Édouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 16 octobre 2018 Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Édouard Philippe va-t-il se retrouver en difficulté à la suite de la crise des "gilets jaunes". Ce qui est certain, c'est qu'elle devrait laisser des traces. Le Premier ministre avait déjà été envoyé en première ligne pour annoncer une série de mesures sur RTL avant la première mobilisation du samedi 17 novembre. 

Et c'est de nouveau lui qui a assuré le travail de service après vente, moins de 24 heures après la réponse d'Emmanuel Macron au mouvement de contestation qui gronde dans tout le pays. Sur BFMTV, Édouard Philippe a ainsi confirmé le cap fixé par le président de la République, comme il le répète depuis les premières mobilisations : pas de recul sur la hausse du prix des carburants au 1er janvier, mais "si au cours de l'année il y a un envol du prix de la matière première, alors on pourra revenir au niveau de la taxe fixée au 1er janvier". 

Au delà des annonces, le chef du gouvernement pourrait sortir fragilisé par ce mouvement de contestation. Jusqu'à présent, Édouard Philippe résistait mieux dans les sondages qu'Emmanuel Macron. Il était monté au front pour défendre la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, et avait réussi à échapper à l'orage Benalla

À lire aussi
Renaud Capuçon était l'invité du "Journal Inattendu" le 15 décembre 2018 manifestations
"Gilets jaunes" : "Il y a toute une partie de la France qui n'est pas entendue", estime Capuçon

L'incompréhension après le rejet de la proposition de la CFDT

Avec les "gilets jaunes", les équilibres ont changé entre Emmanuel Macron et son premier ministre. Comme le souligne Richard Ferrand, selon des propos rapportés par Le Canard Enchaîné, "Macron est jupitérien. Édouard Philippe est juppéien". Autrement dit, droit dans ses bottes

À tel point que le Premier ministre s'est retrouvé en direct sur France 2 a balayé d'un revers de main, la sortie de crise proposé par Laurent Berger. Le secrétaire général de la CFDT avait appelé Emmanuel Macron à "réunir très rapidement" syndicats, patronat et associations "pour construire un pacte social de la conversion écologique".

Selon Le Canard Enchaîné, Gilles Le Gendre, le patron des députés de la majorité à l'Assemblée aurait confié, à propos de la "fin de non-recevoir" formulée par Édouard Philippe : "J'ai d'abord cru que sa langue avait fourché. En fait, c'est son inconscient qui a parlé".

Philippe court-circuité par Bayrou et Hulot

Après ce que certains considèrent comme un faux pas politique, le ciel a continué de s'assombrir au-dessus de la tête d'Édouard Philippe. L'interview de François Bayrou au Figaro, dans laquelle ce proche d'Emmanuel Macron demande l'annulation de la hausse du prix des taxes sur les carburants n'a pas mis le premier ministre dans une meilleure posture.

Selon Pauline de Saint-Rémy, journaliste politique chez RTL, François Bayrou "ne rate que peu d’occasions de faire entendre une musique différente de celle d’Édouard Philippe". Et cela a résonné dans l'oreille du principal visé : "Il a été bien servi lors du remaniement, il prétend que le MoDem est la majorité et il joue les emmerdeurs", aurait résumé Édouard Philippe. 

À cela sont venus s'ajouter les mots de Nicolas Hulot, lors de L'Émission politique sur France 2, le 22 novembre dernier. "Je me suis battu, et notamment les semaines qui ont précédé mon départ, pour qu'on change complètement d'échelle dans l'accompagnement social de la transition énergétique et écologique, avec des propositions concrètes. Je n'ai pas été entendu. On m'a opposé des raisons budgétaires, j'en ai tiré les leçons", avait-il déclaré en précisant que la crise des "gilets jaunes" aurait pu être "évitée".  

Une majorité qui commence à douter

Au sein même de la majorité, Édouard Philippe se retrouve dans une position délicate. Régulièrement, il organise à Matignon des "petits-déjeuners" de la majorité qui lui permettent de prendre le pouls des députés La République En Marche à l'Assemblée. 

Alors que le Premier ministre leur a martelé de "garder le cap" et de rester "déterminés", sur le terrain les élus rencontrent des difficultés. Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot et député de La République En Marche, explique au micro de RTL : "Je suis déçu sur les mesures concrètes qu'on aurait pu annoncer aujourd'hui. Bien sûr, elles arriveront en temps voulu, dans trois mois, après la concertation lancée par le président de la République, mais j'aurais souhaité que l'on fasse, par exemple sur la rénovation énergétique ou sur d'autres thématiques, des annonces dès aujourd'hui".

Le Premier ministre, lui, reproche à la majorité d'être restée "silencieuse face à la crise". "Une critique qui est restée en travers de la gorge de bon nombre de parlementaires macronistes. Lesquels ont d'ailleurs souligné à leur tour que la prestation d'Édouard Philippe sur France 2 n'avait pas été flamboyante", écrit Le Canard Enchaîné.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Édouard Philippe Matignon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795735100
Avec les "gilets jaunes", Édouard Philippe est-il fragilisé ?
Avec les "gilets jaunes", Édouard Philippe est-il fragilisé ?
DÉCRYPTAGE - Le Premier ministre a essuyé de nombreuses difficultés et d'incompréhensions depuis que la colère des "gilets jaunes" se fait entendre. De la part de certains conseillers d'Emmanuel Macron, mais aussi de la majorité.
https://www.rtl.fr/actu/politique/avec-les-gilets-jaunes-edouard-philippe-est-il-fragilise-7795735100
2018-11-28 13:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/5wigzVAi-i8PRBsPP28WxQ/330v220-2/online/image/2018/1017/7795225659_edouard-philippe-a-l-assemblee-nationale-le-16-octobre-2018.jpg