1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Un policier suspecté de radicalisation porte plainte pour "discrimination"
1 min de lecture

Un policier suspecté de radicalisation porte plainte pour "discrimination"

Le policier converti à l'islam avait été suspendu pour des soupçons de radicalisation. Il porte plainte pour "dénonciation calomnieuse, discrimination et harcèlement moral".

Des policiers (illustration)
Des policiers (illustration)
Crédit : Thomas COEX / AFP
Nicolas Barreiro & AFP

Suspendu pour des soupçons de radicalisation juste après la tuerie de la préfecture de police en octobre 2019, un capitaine de police a porté plainte ce jeudi 21 octobre pour "discrimination", a-t-on appris de son avocat.

La plainte contre X a été déposée auprès du parquet de Paris pour "dénonciation calomnieuse, discrimination à raison de l'appartenance à une religion déterminée, harcèlement moral et complicité". Le policier Hervé C., 41 ans et converti à l'islam, travaillait au Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions terroristes (FIJAIT) à la police judiciaire de Paris quand il a été signalé comme potentiellement radicalisé les 6 et 7 octobre 2019. 

Selon la plainte, le capitaine Hervé C. avait été suspendu par le ministère de l'Intérieur le 28 octobre 2019, puis réintégré le 28 février 2020 et muté comme chef de groupe fraude fiscale et TVA. Dans un rapport du 8 juin 2020 et cité dans la plainte, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait conclu que "les ressentis et inquiétudes" de ses collègues ne reposaient pas sur "des éléments factuels et concrets quant à une éventuelle radicalisation de cet agent". Le policier "semble avoir parfaitement intégré le devoir de neutralité et le principe de laïcité", selon l'IGPN.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/